1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Agression sexuelle : l'ancienne présidente des MJS est "en colère"
1 min de lecture

Agression sexuelle : l'ancienne présidente des MJS est "en colère"

DOCUMENT RTL - Lauriane Deniaud, qui a elle aussi été harcelée par le passé, a salué le "courage" des huit femmes ayant dénoncé les agissements de Thierry Marchal-Beck, son successeur à la tête du Mouvement des jeunes socialistes.

Lauriane Deniaud, ancienne présidente de MJS
Lauriane Deniaud, ancienne présidente de MJS
Crédit : x
Agression sexuelle : l'ancienne présidente des MJS se dit "profondément désolée"
01:19
Marie-Bénédicte Allaire & Claire Gaveau

Les récits de harcèlement se poursuivent. Et depuis mardi 14 novembre, les regards se tournent également vers le Mouvement des jeunes socialistes (MJS). Huit femmes ont décidé de parler. Dans les colonnes de Libérationelles accusent Thierry Marchal-Beck, ancien président de l'organisation, d'agressions sexuelles.

Des révélations qui "révulsent" Lauriane Deniaud, celle qui l'avait précédé à la tête de l'organisation. "Je souhaite adresser un message aux femmes et à celles du mouvement des jeunes socialistes. Je souhaite leur dire qu'elles sont très courageuses. Que je les admire, que je les soutiens", déclare-t-elle.

Au micro de RTL, elle se dit "profondément désolée de ne pas avoir su recomposer le puzzle". "Je suis en colère contre cet homme et je regarde forcément dans le rétroviseur en me demandant ce qu'on a loupé, pourquoi on n'a pas vu, pourquoi on n'a pas su voir", poursuit-elle assurant se "refaire le film". 

Je souhaite dire aux hommes qu'il faut que ça s'arrête

Lauriane Deniaud,

Surtout que ces comportements, elle connaît cela. "J'ai eu des textos, des messages insistants de hauts responsables du parti pour m'inviter à dîner dans des hôtels parisiens", commence Lauriane Deniaud. Avant d'enchaîner : "J'ai subi des attouchements lors d'un meeting dans un stage pendant une élection présidentielle de la part d'hommes qui étaient présents dans la foule".

À lire aussi

Face à la libération de la parole féminine, l'ancien responsable des MJS lance un appel : "Je souhaite dire aux hommes engagés en politique, et plus généralement à tous, qu'il faut que ça s'arrête".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/