2 min de lecture François Bayrou

Affaire Tapie : pour Bayrou : "Si Christine Lagarde a pris la décision seule, c'est irresponsable"

Le président du MoDem François Bayrou a estimé jeudi sur RTL que l'ex-ministre de l'Économie Christine Lagarde, convoquée par la Cour de justice de la République dans l'affaire Tapie/Crédit Lyonnais, était "évidemment en première ligne dans ce dossier" même si elle n'était pas la seule responsable.

François Bayrou
François Bayrou Crédit : Jean-Michel Aphatie
studio-rtl
La rédaction numérique de RTL

"Pour ceux qui se sont battus pendant des années pour dire : attention il y a quelque chose qui ne correspond pas à la loi et aux valeurs de la République, que la CJR dise qu'il y a matière a audition et peut-être à d'autres décisions, ça prouve que quand la justice fait son travail et qu'il y a des citoyens qui n'acceptent pas ces dérives, alors quelque chose de rassurant peut se passer", s'est félicité sur RTL le leader centriste. "Alors, maintenant la CJR va continuer son instruction, elle va auditionner, prendre des décisions et je crois que chacun verra quelle est la gravité de ce qui s'est passé", a-t-il assuré, en s'étonnant de la légèreté avec laquelle la présidente du FMI a accueilli sa convocation.
  
"Elle a dit quelle serait +très contente de voyager à Paris pour quelques jours+. Les contribuables français ont été, si cela est vérifié, spoliés de 400 millions d'euros. Je ne suis pas sûr que ce soit un sujet de plaisanteries ou de condescendance, c'est un sujet grave et Mme Lagarde, avec les fonctions qu'elle a exercées est évidement en première ligne dans cette affaire même si elle n'est pas seule", a souligné l'ancien député.
  
"Mme Lagarde a souvent dit :  j'ai pris la décision seule. Si c'est le cas, c'est irresponsable",  a tranché François Bayrou, pour qui cette version n'a "aucune crédibilité". "Dans la Ve République et notamment à cette époque, tout remontait à l'Elysée, argue-t-il.

Une démission qui serait "très problématique"

A la question, Mme Lagarde devra-t-elle démissionner de la présidence du FMI si elle est mise en examen ?, François Bayrou a répondu qu'"en tout cas, cela serait très problématique".
  
"L'accusation portée par la CJR, c'est +complicité de détournement d'argent publique+. pour le FMI, il me semble qu'il y a la le choc entre deux réalités contradictoire. Mais, c'est à elle de voir, au conseil d'administration du FMI, aux responsables d'États et de gouvernements", a-t-il ajouté.
  
"C'est pas une petite affaire", a insisté le leader centriste, en rappelant qu'il avait alerté à l'époque sur l'imprudence de présenter la candidature de Christine Lagarde à la tête du FMI. "Alors, les imprudences, un jour ou l'autre, vous donnent rendez-vous".

>
François Bayrou, le président du MoDem, était l'invité de "RTL Soir" Crédit Média : Bernard Poirette | Durée : | Date :
La rédaction vous recommande
Lire la suite
François Bayrou Christine Lagarde Info
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7760568125
Affaire Tapie : pour Bayrou : "Si Christine Lagarde a pris la décision seule, c'est irresponsable"
Affaire Tapie : pour Bayrou : "Si Christine Lagarde a pris la décision seule, c'est irresponsable"
Le président du MoDem François Bayrou a estimé jeudi sur RTL que l'ex-ministre de l'Économie Christine Lagarde, convoquée par la Cour de justice de la République dans l'affaire Tapie/Crédit Lyonnais, était "évidemment en première ligne dans ce dossier" même si elle n'était pas la seule responsable.
https://www.rtl.fr/actu/politique/affaire-tapie-pour-bayrou-si-christine-lagarde-a-pris-la-decision-seule-c-est-irresponsable-7760568125
2013-04-18 19:02:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/76nQhxyZAWj8Yo-BZfjm-Q/330v220-2/online/image/2013/0409/7760218686_francois-bayrou-etait-l-invite-politique-du-9-avril-2013.jpg