2 min de lecture Vidéo

Affaire Penelope Fillon : retour sur 24 heures de communication de crise

CONFIDENTIELS RTL - Le "Canard Enchaîné" a révélé que Penelope Fillon, sans profession connue, a été la collaboratrice parlementaire de son mari.

>
Affaire Pénélope Fillon : retour sur 24 heures de communication de crise Crédit Image : SIPA | Crédit Média : RTLnet | Date :
Pauline de Saint-Remy
Pauline De Saint-Rémy
et Loïc Farge

Tout a commencé mardi 24 janvier en début d'après-midi au quartier général de campagne de François Fillon. La rumeur court qu’une information va sortir dans le Canard Enchaîné sur Penelope Fillon. Certains, au QG, en ont même entendu parler depuis plusieurs jours. Mais le candidat de la droite, comme si de rien n’était, partage une galette des rois avec les permanents de la campagne. Il leur dit un petit mot. Et rien dans son attitude ne laisse transparaître la moindre inquiétude à cette heure-là. Le rendez-vous n’est même pas écourté.

Ce n'est que vers 18 heures que François Fillon réunit tout de même, dans son bureau au cinquième étage, ses plus proches collaborateurs. Sont présents notamment son directeur de campagne, Patrick Stefanini, et son directeur-adjoint, Sébastien Lecornu (un transfuge de chez Bruno Le Maire), ses deux plus proches soutiens politiques, les sénateurs Gérard Larcher et Bruno Retailleau, ainsi que ses conseillères en communication, Anne Méaux et Myriam Lévy, son ancien collaborateur à Matignon, Antoine Gosset-Grainville, et le porte-parole de la campagne, le député Thierry Solère.

Petits couacs

La réunion durera à peine un quart d'heure. À l’issue, les premiers éléments de langage sont transmis aux porte-paroles. La ligne est simple : "On assume, sans en faire des tonnes. Tout cela est parfaitement légal, voire banal". Ainsi paraissent, peu avant 20 heures deux dépêches d’agences, qui confirment que François Fillon a bien employé sa femme comme collaboratrice parlementaire.

Sauf qu'entre-temps, l’affaire a pris très rapidement de l’ampleur. La question est désormais uniquement de savoir si Pénélope Fillon a réellement exercé une activité auprès de son mari. Mercredi matin, Bruno Retailleau et Bernard Accoyer se déploient sur les ondes. Premier petit couac. L’un explique que Pénélope Fillon était souvent aperçue à l’Assemblée nationale, quand Bruno Retailleau, qui lui n’a jamais été député, parle de son activité d’assistante dans la Sarthe.

À lire aussi
Valéry Giscard d'Estaing
Mort de Valéry Giscard d'Estaing : de quoi est décédé l'ancien président ?

C’est aussi mercredi matin que Bruno Retailleau sur LCI, puis François Fillon, en déplacement à Bordeaux au côté d’Alain Juppé, essaient d’allumer un contre-feu en accusant le Canard Enchaîné de "misogynie". Sauf que l'offensive rate clairement sa cible. "Un vieux classique de la communication de crise", soupirait dans la soirée un membre de l'équipe, peu convaincu (le mot est faible).

Le ton change

Dans la journée, les cafouillages ont accentué l'inquiétude chez les parlementaires et les élus Républicains. C'est tout juste si les anti-"fillonistes" du parti ne consultaient pas les statuts pour savoir ce qui peut être fait pour remplacer le candidat. "C’est un coup dur, la question c’est de savoir si ce sera un sparadrap pendant toute la campagne", résumait un proche du candidat.

De retour de Bordeaux et après l’ouverture d’une enquête judiciaire, François Fillon a de nouveau réuni son tout premier cercle. Cette fois-ci, l'heure est grave. Ils n’étaient que trois à son siège de campagne autour de lui jusqu'en milieu de soirée : Patrick Stefanini, Bruno Retailleau et Anne Méaux. Le ton a changé.

C'est là où il a validé le communiqué de presse dans lequel il demande à être reçu par le parquet financier. Mais il se serait montré malgré tout très rassurant sur sa capacité à démontrer que l’emploi de sa femme n’était pas fictif. François Fillon devrait prendre la parole à la télévision avant ce week-end.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Vidéo Polémique Les Républicains
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants