5 min de lecture Penelope Fillon

Affaire Penelope Fillon : pourquoi la défense de Fillon est remise en cause

ÉCLAIRAGE - Depuis les révélations du "Canard enchaîné" sur les emplois de son épouse, la défense de François Fillon ne lui permet pas de se sortir d'une affaire qui n'a de cesse de gonfler

François et Penelope Fillon lors de leur arrivée au meeting à la Villette, le 29 janvier 2017
François et Penelope Fillon lors de leur arrivée au meeting à la Villette, le 29 janvier 2017 Crédit : AFP
Claire Gaveau
Claire Gaveau
Journaliste RTL

Grand favori de l'élection présidentielle depuis sa victoire à la primaire de la droite et du centre, François Fillon est aujourd'hui au cœur d'une affaire judiciaire. Mercredi 25 janvier, le Canard enchaîné révélait les supposés emplois fictifs de sa femme, Penelope Fillon. Selon les dernières informations du journal satirique, cette dernière aurait perçu plus de 900.000 euros brut comme assistante parlementaire de son mari et de son suppléant mais aussi pour des missions à la Revue des Deux Mondes.

Une somme revue largement à la hausse par l'hebdomadaire. Dans un premier temps, le Canard enchaîné évoquait une rémunération de 500.000 euros brut pour ses travaux à l'Assemblée nationale avant de gonfler le chiffre à 831.440 euros brut ce mercredi 1er février. Une augmentation qui s'explique notamment par les nouvelles périodes pendant lesquelles Penelope Fillon aurait travaillé au côté de son mari : de 1988 à 1990, de 1998 à 2002, de 2002 à 2007 ainsi qu'en 2012 et 2013.

Face à ces accusations, François Fillon n'a cessé de vouloir éteindre l'incendie. Pourtant, sa défense a régulièrement ouvert une brèche qui a entraîné de nouvelles polémiques. Compte en banque, rémunération de ses enfants, permanence dans la Sarthe... Focus sur des réponses bancales qui ne cessent d'alimenter cette affaire désormais appelée "Penelope Gate"

Penelope Fillon, des travaux qui posent questions

Quel était le rôle précis de Penelope Fillon à l'Assemblée nationale ou encore à la Revue des Deux Mondes ? Au lendemain de ces révélations, le parquet national financier a ouvert une enquête afin de lever le voile sur ses suspicions d'emplois fictifs. Au Journal Télévisé de TF1, François Fillon affirme : "Ma femme travaille pour moi depuis toujours, depuis 1981, depuis ma première élection. Elle m'a toujours accompagné dans ma vie publique".

À lire aussi
François Fillon au soir de sa défaite au premier tour de la présidentielle, le 23 avril 2017 procès emplois fictifs
Soupçons d'emplois fictifs : qu'est-il reproché à François Fillon ?

Une explication qui interpelle. Penelope Fillon, mise en lumière lors de la primaire de la droite et du centre, a toujours revendiqué sa position en retrait et sa non-intervention dans les affaires politiques de son époux. Lors d'une interview accordée au Bien Public en octobre 2016, elle déclarait : "Jusqu'à présent, je ne m'étais jamais impliquée dans la vie politique de mon mari". Une phrase - anodine il y a quelques mois - qui montre aujourd'hui certaines incohérences dans ce dossier à rebondissements. 

Le mystère reste entier une semaine après les révélations du Canard enchaîné. Mais les dernières informations font peser de nouveaux doutes. BFM TV révèle ainsi que Penelope Fillon ne retrouve pas ses contrats de travail et ne se rappelle pas les avoir signés. Le Parisien assure de son côté qu'elle n'aurait jamais bénéficier d'un badge et d'une adresse mail à l'Assemblée nationale. De plus, selon nos informations, cette dernière n'aurait plus un seul mail en rapport avec son poste d'attachée parlementaire.

Un seul compte en banque, une pratique interdite par l'Assemblée

Un premier accroc dans la défense du candidat à la présidentielle qui allait en entraîner d'autres. Alors que François Fillon devait relancer sa campagne présidentielle lors d'un grand meeting à la Villette, dimanche 29 janvier, ce dernier a été obligé de défendre son épouse et a commis un nouveau faux pas. "Nous n'avons rien à cacher, notre seul compte en banque est au Crédit agricole de Sablé-sur-Sarthe", a-t-il lancé devant près de 10.000 personnes.

Problème, l'Assemblée nationale exige au minimum deux comptes en banque, comme l'a expliqué Laurence Abeille, députée écologiste du Val-de-Marne sur Twitter. En effet, chaque député perçoit une indemnité parlementaire et une indemnité représentative de frais de mandat (IRFM) afin de faire face à certaines dépenses liées à leur fonction. Cette dernière indemnité, qui s'élève à 5.770 euros par mois, doit être versée sur un compte spécifique. Si l'équipe de campagne de François Fillon réagit rapidement et évoque "une seule banque mais plusieurs comptes", le mal est fait.

L'absence de permanence, un mystère de plus

Lors de son audition par le parquet national financier, le couple Fillon a dû répondre à de nombreuses questions et apporté "des éléments utiles à la manifestation de la vérité", a expliqué sur RTL son avocat, Antonin Lévy, avant d'assurer que "d'autres documents seront remis aux enquêteurs". Mais l'une des réponses du conseil a davantage attiré les auditeurs et lecteurs. Ainsi, Antonin Lévy a-t-il expliqué alors que si personne ou presque n'a vu Penelope Fillon dans la permanence de son mari dans la Sarthe, c'est parce qu'il "n'avait pas de permanence en tant que député". Avant de poursuivre : "Cette permanence se situait au domicile des Fillon, et à votre avis, qui était au domicile s'il n'y avait pas de permanence ? Penelope Fillon".

Pourtant, selon un reportage mené par Libération à Sablé-en-Sarthe, la situation est encore plus floue. S'il confirme qu'aucun local n'a été loué ni aucune bureau occupé à la mairie, c'est bien dans le bâtiment public qu'appelaient généralement les administrés "sans vraiment faire la distinction entre ses fonctions de parlementaire et de maire".

Penelope Fillon a également collaboré avec le suppléant de son mari, Marc Joulaud, entre 2002 et 2007. La permanence de ce dernier était-elle une toujours déployée au domicile familial, comme le laisse entendre Antonin Lévy ?

>
Affaire Penelope Fillon : "D'autres documents seront encore remis aux enquêteurs" selon Antonin Lévy Crédit Image : MARTIN BUREAU / AFP | Crédit Média : RTLnet | Date :

L'embauche de ses enfants, une menace supplémentaire

Après les révélations concernant son épouse, et sûrement afin d'éviter toute polémique, l'ancien premier ministre a évoqué le cas de ses enfants. Lors de son interview sur TF1, jeudi 26 janvier, François Fillon a déclaré avoir "rémunéré pour des missions précises deux de ses enfants, qui étaient avocats, en raison de leurs compétences". Une déclaration qui ne fera qu'entraîner de nouvelles révélations.

Le Monde assure le lendemain que les deux enfants, Marie et Charles Fillon, n'étaient pas encore avocats à cette période. Ces derniers étaient encore étudiants en droit lorsque leur père, alors sénateur, les a rémunérés, de septembre 2005 à juin 2007. Ces derniers sont respectivement devenus avocats cinq mois et quatre ans plus tard. Le 1er février, le Canard Enchaîné révélait les détails de ces rémunérations. Ils auraient perçu 84.000 euros : 57.084 euros brut pour Marie Fillon et 26.651 euros pour Charles Fillon.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Penelope Fillon François Fillon Les Républicains
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants