1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. VIDÉO - Affaire Penelope Fillon : insultes, plan B... Rude journée pour François Fillon
2 min de lecture

VIDÉO - Affaire Penelope Fillon : insultes, plan B... Rude journée pour François Fillon

François Fillon était en meeting jeudi 2 février à Charleville-Mézières, alors que l'affaire Penelope Fillon ne cesse d'enfler.

François Fillon lors de son meeting à Charleville-Mezieres le 2 février
François Fillon lors de son meeting à Charleville-Mezieres le 2 février
Crédit : AFP
Affaire Penelope Fillon insultes, plan B...rude journée pour François Fillon
01:50
Dominique Tenza & Ludovic Galtier

François Fillon continue de se défendre pied à pied, malgré les nouveaux éléments diffusés jeudi 2 février sur France 2. Penelope Fillon n'a jamais été son assistante, c'est elle qui le disait en 2007 dans une interview en anglais exhumée par le magazine Envoyé Spécial. L'avocat de l'épouse du candidat dénonce l'utilisation de phrases sorties de leur contexte. François Fillon, lui, fera une séance photo ce vendredi 3 février pour ses affiches de campagne. Preuve supplémentaire qu'il n'a pas l'intention de renoncer.

Jeudi, il était en déplacement à Charleville-Mézières, et il a fait sienne la devise locale : Ardennes, tiens ferme ! Mais entre les rumeurs, qui évoquent un plan B, et insultes lancées par des passants, ce fut une longue et dure journée.

C'est un homme marqué, fatigué qui sort de sa voiture : le teint pâle et l'air absent. Premiers contacts de la journée avec des enfants, dans une crèche. Pas vraiment de quoi détendre le candidat, qui semble se forcer à sourire. Fin de la visite, un individu se met à l'insulter violemment. Il est aussitôt dégagé par ses gardes du corps, l'incident est évité de justesse. Impassible, François Fillon se contente alors d'une rapide confidence sur son état d'esprit. "Je me sens comme quelqu'un qui est attaqué de tous les côtés de façon injuste et qui va se défendre."

"Oui mes amis, je vous demande de m'aider à résister"

François Fillon, candidat Les Républicains à la présidentielle

Il n'y aura ni bain de foule, ni déambulation dans les rues. Vu le contexte, il était sans doute prudent de ne pas se mesurer à l'opinion. Pas un mot non plus sur son épouse ou sur l'enquête en cours. Rien, avant le meeting du soir, où devant la ferveur de ses partisans, les yeux embués, il lance son appel. "Alors oui mes amis, je vous demande de m'aider à résister." "Tenez bon", lui crient ses supporters lorsqu'il quitte la salle. Un sourire, une poignée de main, une photo. Fin de journée, le candidat semble - enfin - faire surface.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/