1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Affaire Bygmalion : Nicolas Sarkozy enfonce Jean-François Copé face aux enquêteurs
1 min de lecture

Affaire Bygmalion : Nicolas Sarkozy enfonce Jean-François Copé face aux enquêteurs

Entendu par les policiers anti-corruption, Nicolas Sarkozy s'est largement défendu mais a aussi attaqué Jean-François Copé, selon les informations de "L'Obs".

Jean-François Copé et Nicolas Sarkozy
Jean-François Copé et Nicolas Sarkozy
Claire Gaveau
Claire Gaveau

Vendredi 4 septembre, Nicolas Sarkozy est entendu par l'Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales. L'ancien président profite-t-il de cette audition pour charger Jean-François Copé ? Si l'on en croit les révélations de L'Obs, qui publie des extraits de l'audition, Nicolas Sarkozy se montrerait très virulent et nierait son implication dans le système de fausses factures découvert entre l'UMP et la société Bygmalion.

Mais l'ancien pensionnaire de l'Élysée ne s'arrête pas là, alors que les enquêteurs de la brigade anti-corruption le questionnent sur un SMS envoyé par Jérôme Lavrilleux, directeur de campagne adjoint, à Guillaume Lambert, directeur de campagne. Le message ? "Nous n'avons plus d'argent? JFC (Jean-François Copé, ndlr) en a parlé au PR (le président de la République, ndlr)". S'il affirme ne pas s'en souvenir, Nicolas Sarkozy charge rapidement l'ancien patron de l'UMP : "J'ignorais que Jean-François Copé était tenu informé de mon compte de campagne par Jérôme Lavrilleux. Il ne m'en a en tout cas jamais parlé. Mais j'observe qu'il en parlait à Jean-François Copé".

Partout où est passé Jean-François Copé, remarque-t-il, il a pris Bygmalion

Nicolas Sarkozy

Une déclaration qui vient mettre à mal la défense du député-maire de Meaux. Surtout que Nicolas Sarkozy n'hésite pas à passer une seconde couche alors qu'il affirme une nouvelle fois ignorer l'existence de la société Bygmalion, dirigée par des proches de Jean-François Copé. Visiblement agacé par toutes les questions des enquêteurs, Nicolas Sarkozy enfonce le clou : "Partout où est passé Jean-François Copé, il a pris Bygmalion". 

L'audition de sept heures pourrait donc noircir la situation de l'ancien président de l'UMP alors que l'enquête menée par l'Office central de lutte anti-corruption vise à éclairer le rôle de chacun dans la mise en place d'un système où 18 millions de fausses factures ont été signées à destination de l'ancien parti Les Républicains. 

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/