1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Affaire Benalla : "Une affaire d'État, c'est quand il y a de l'opacité", dit Griveaux sur RTL
1 min de lecture

Affaire Benalla : "Une affaire d'État, c'est quand il y a de l'opacité", dit Griveaux sur RTL

INVITÉ RTL - Le porte-parole du gouvernement s'exprime sur l'affaire Benalla ce lundi 23 juillet, à deux heures de l'audition du ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, à l'Assemblée nationale.

Benjamin Griveaux, invité de RTL le 23 juillet 2018.
Benjamin Griveaux, invité de RTL le 23 juillet 2018.
Crédit : Camille Kaelblen / RTLnet
Affaire Benalla : "Gérard Collomb répondra à toutes les questions", dit Benjamin Griveaux
00:35
Affaire Benalla : Benjamin Griveaux dénonce des oppositions "qui ne respectent pas les institutions"
00:54
Benjamin Griveaux est l'invité de RTL
13:03
Affaire Benalla : "Une affaire d'État, c'est quand il y a de l'opacité", dit Benjamin Griveaux
00:44
L'invité de RTL du 23 juillet 2018
12:55
micros
La rédaction numérique de RTL

Pourquoi avoir tant attendu pour donner des explications ? Le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, est l'invité de RTL ce lundi 23 juillet. Il prend la parole au milieu d'un grand silence de l'exécutif en pleine affaire Benalla, cet ex-chargé de mission à l'Élysée visé par la justice pour avoir agressé des manifestants lors du défilé du 1er mai dernier à Paris.

"Il y a trois enquêtes qui ont été lancées", répond Benjamin Griveaux pour tenter d'amoindrir l'incompréhension face à un tel silence de l'exécutif. "Une enquête judiciaire qui a été ouverte par le parquet de Paris, une enquête administrative conduite par l'inspection de la police nationale et (...) deux enquêtes parlementaires, une à l'Assemblée nationale dont les auditions vont débuter à 10 heures, et une au Sénat", énumère-t-il. 

"Il y a donc un bon fonctionnement de nos institutions et nous, nous respectons le fonctionnement de nos institutions", lance Benjamin Griveaux, qui se dit "sans voix" face au "comportement des oppositions à vouloir instruire une affaire sur les plateaux de télévision, sur leurs comptes Twitter, et à ne pas respecter nos institutions".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/