1 min de lecture Crise en Egypte

Adly Mansour est le nouveau président d'Egypte

Adly Mansour, juge anonyme, vient d'être nommé à la tête du pays arabe le plus peuplé.

micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Président du Conseil constitutionnel depuis seulement deux jours, le juge Adly Mansour, a été désigné ce mercredi 3 juillet par l'armée pour diriger le pays arabe le plus peuplé. Il succède au président islamiste déchu Mohamed Morsi.

Président de transition

Adly Mansour devra tenir les rênes d'un pays divisé après plusieurs jours de manifestations massives et sanglantes entre opposants et partisans du premier président élu démocratiquement en Egypte.

Ironie du sort, ce juge avait été nommé président du Conseil constitutionnel par Morsi lui-même à la mi-mai, fonctions qu'il a prises il y a seulement deux jours.

Ce sexagénaire, a obtenu une bourse pour étudier dans le prestigieuse Ecole nationale d'administration (ENA) à Paris. Puis il a débuté une longue carrière judiciaire sous le régime de Hosni Moubarak.

Un juge anonyme

À lire aussi
Le Caire, la capitale égyptienne, n'est pas épargnée par les attentats (illustration) Le Caire
Égypte : un policier tué par balle devant l'ambassade du Niger au Caire

Il a exercé dans des tribunaux religieux, encadrés par l'Etat égyptien. Ainsi, il émettait des fatwas ou des décrets sur des questions religieuses, mais aussi dans des cours civiles et criminelles.

Contrairement aux principaux leaders d'opposition --comme le prix Nobel de la paix Mohammed ElBaradei ou l'ancien chef de la Ligue arabe Amr Moussa-- son nom n'est jamais apparu parmi les successeurs potentiels de M. Morsi.
Cet anonymat relatif a probablement intéressé les militaires désireux de mettre en avant une figure neutre pour assurer la transition qui s'annonce mouvementée.

Ce juge mince et moustachu de 67 ans aurait probablement pu parcourir les manifestations, qui ont rassemblés des millions d'Egyptiens depuis dimanche pour demander le départ de M. Morsi, sans être reconnu.

Père de trois enfants, son portrait n'a jamais figuré parmi ceux brandis lors des rassemblements d'opposants au régime des Frères musulmans qui ont culminé mercredi avec l'annonce de son arrivée au pouvoir, à la tête d'un gouvernement transitoire.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Crise en Egypte Info Politique
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants