1 min de lecture Info

A l'UMP, la défaite présidentielle incite à l'unité en vue des Législatives

La défaite de Nicolas Sarkozy ouvre une période agitée pour l'UMP, mais son score finalement honorable pourrait limiter, au moins dans l'immédiat, les risques d'une implosion à laquelle le Front National rêve ouvertement dans la perspective des Législatives de juin. D'un côté, une guerre de succession se profile du fait du retrait du président sortant, avec en première ligne le secrétaire général, Jean-François Copé, le Premier ministre François Fillon et, comme arbitre possible, le ministre des affaires étrangères Alain Juppé. De l'autre, la tonalité très droitière de la campagne de Nicolas Sarkozy et les réserves qu'elles a suscitées en interne imposent une clarification idéologique qui pourrait alimenter des forces centrifuges, vers la droite ou le centre, selon le sens qu'elle prendra. L'UMP tient son conseil national lundi après-midi.

micro générique
La rédaction numérique de RTL
et Jérôme Florin

Marie-Claire Carrère-Gée, élue UMP du XIVème arrondissement de Paris et candidate-dissidente dans la onzième circonscription face au maire UMP du VIème Jean-Pierre Lecoq, a appelé lundi "les instances de l'UMP à revenir sur leur décision" la concernant pour les Législatives.

Elle estime avoir, après les mauvais résultats de Nicolas Sarkozy au second tour à Paris (44,40% dans Paris et 39,74% dans le XIVème) "d'autant plus de raisons" de demander cette réorganisation. Lors des investitures du 11 janvier 2012, le parti présidentiel avait préféré investir dans cette circonscription le maire UMP du VIe Jean-Pierre Lecoq, proche de Jean-François Copé, qui avait notamment soutenu la liste dissidente de Pierre Charon lors des Sénatoriales.

Toute la difficulté pour l'UMP sera de continuer à faire cohabiter une aile droite organisée autour la Droite populaire
, un collectif de 43 députés qui défend des positions sécuritaires dures et dont plusieurs sont en première ligne face au Front national, et des anciens centristes qui revendiquent des valeurs humanistes.

L'ancien ministre de l'Ecologie Jean-Louis Borloo a lancé dès dimanche soir un appel du pied à ces derniers.

Mais le véritable rendez-vous sera cet automne, lors du congrès qui sera chargé d'élire un nouveau président pour succéder à Nicolas Sarkozy.

De fait, les responsables de l'UMP qui se sont succédé dimanche soir sur les plateaux de télévision ont plaidé dans le même sens, à savoir une mobilisation générale pour éviter que la gauche, majoritaire au Sénat depuis l'automne dernier, ne contrôle tous les pouvoirs.

Pour conforter cette unité, Jean-François Copé a annoncé la constitution d'un comité de pilotage stratégique des législatives regroupant tous les poids lourds de l'UMP, y compris ses adversaires comme Xavier Bertrand et François Fillon.

LE DISCOURS DE NICOLAS SARKOZY DIMANCHE SOIR A LA MUTUALITE


2012 et vous OK

Lire la suite
Info Politique UMP
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants