1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. 500.000 postes de fonctionnaires en moins : la mesure de Fillon est-elle réalisable ?
2 min de lecture

500.000 postes de fonctionnaires en moins : la mesure de Fillon est-elle réalisable ?

INVITÉS RTL - C'est l'une des propositions phares du candidat Fillon : supprimer 500.000 postes de fonctionnaires en cinq ans. Est-ce une mesure réalisable ?

François Fillon et Alain Juppé lors du deuxième débat de la primaire de la droite et du centre
François Fillon et Alain Juppé lors du deuxième débat de la primaire de la droite et du centre
500.000 postes de fonctionnaires en moins : la mesure de Fillon est-elle réalisable ?
07:12
500.000 postes de fonctionnaires en moins : la mesure de Fillon est-elle réalisable ?
07:12
Yves Calvi & Philippe Peyre

"On a chiffré qu'on pouvait supprimer 440.000 postes sur la période, donc 500.000, ça paraît possible", assure Agnès Verdier-Molinié, directrice de la Fondation IFRAP. 

Alain Juppé, son adversaire, propose lui le non-remplacement de 200.000 à 250.000 fonctionnaires sur cinq ans. "Ça ne suffira pas", tranche Agnès Verdier-Molinié, "dans la mesure où la question c'est aussi ce que l'on consacre en richesse nationale à la masse salariale". La directrice de l'IFRAP souligne que la France compte parmi les pays européen où les dépenses de personnels publics représentent plus de 13% du PIB : "Si on doit faire des économies, on doit aussi en faire sur cette dépense là".

On est dans un choix de société

Baptiste Talbot, secrétaire général CGT Service Public

Qu'il s'agisse d'Alain Juppé ou de François Fillon, les deux candidats aspirent chacun à réduire le nombre de fonctionnaires. "Avant de savoir s'il est réaliste de supprimer 500.000 emplois, la question est de savoir si cela est souhaitable", avance Baptiste Talbot, secrétaire général de la CGT Service Public qui fait savoir que le syndicat y est clairement opposé. "Il y a des besoins importants en terme de service public qui ne sont pas couverts par la puissance publique. Depuis 2010 notre pays compte deux millions d'habitants supplémentaires qui correspondent à autant de besoin en service public", estime le syndicaliste. 

Pour Agnès Verdier-Molinié, le problème se situe davantage dans le temps de travail annuel des agents publics : "On s'est rendu compte que dans beaucoup d'administration, on n’est pas aux 1.607 heures qui correspondent aux 35 heures annualisées. On est souvent en dessous", regrette-t-elle. Ce à quoi Baptiste Talbot lui rétorque que beaucoup d'agent travaillent au-delà de 35 heures et même certain au-delà de 40 heures : "Ce que veut Fillon, c'est supprimer massivement des emplois dans la fonction publique. Ça veut dire qu'il faudra déléguer au secteur privé, ce qui va se traduire par une dégradation du service et un renchérissement pour l'usager. On est dans un choix de société". 

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/