1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. 35 heures, jours fériés, retraite : les pistes des Républicains pour l'emploi
1 min de lecture

35 heures, jours fériés, retraite : les pistes des Républicains pour l'emploi

Éric Woerth, chargé du projet des Républicains, a évoqué une remise en cause des 35 heures pour relancer l'emploi en France.

Éric Woerth à Paris, le 30 mai 2015. (Archives)
Éric Woerth à Paris, le 30 mai 2015. (Archives)
Crédit : STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
La rédaction numérique de RTL & AFP

"On ne travaille pas assez en France", a asséné le délégué général au projet des Républicains, Éric Woerth. L'ancien ministre a évoqué les pistes du parti pour relancer l'emploi en France, parlant notamment de remise en cause des 35 heures, de suppression de jours fériés et de report de l'âge de départ à la retraite.

Sur France Info, au lendemain de sa nomination par Nicolas Sarkozy au poste clef de délégué général au projet du nouveau mouvement, le député a évoqué les idées qu'il détaille dans un livre qu'il publie avec le think tank la boîte à idées "Une crise devenue française, quelle politique économique pour la France ?" (éditions L'Archipel). "Il faut réformer le marché du travail, le temps du travail", a déclaré l'ex-ministre.

Dire que le marché du travail crée du chômage, c'est une réalité

Éric Woerth

"Dire que le marché du travail crée du chômage, c'est une réalité", a tranché l'élu de l'Oise. Il faut le transformer "en gardant dans le code du travail ce qui est d'ordre public et en rapprochant de l'entreprise le plus de décisions possible". "On ne travaille pas assez en France", a tranché le maire de Chantilly, qui évoque dans son livre une remise en cause des 35 heures, la suppression de certains jours fériés, un report de l'âge du départ en retraite, le niveau du Smic.

"On ne peut pas", a expliqué Eric Woerth, "accepter d'avoir 5,6 millions de chômeurs, d'avoir des personnes formées exclues définitivement du marché du travail, d'avoir beaucoup de travailleurs pauvres". "On ne peut pas accepter non plus de financer à crédit notre protection sociale".

La loi Macron, une "toute petite loi"

À lire aussi

La loi Macron, qui passe ce jour en commission mixte paritaire? "C'est une toute petite loi. Le bon sens, c'est d'aller plus loin, plus vite, on ne peut pas passer son temps à des réformettes". "Il faut tout réformer en même temps", selon lui.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire