5 min de lecture Présidentielle 2017

2017 : ce qu'il faut comprendre de la partie de poker entre Hollande et Valls

DÉCRYPTAGE - Le point de rupture a-t-il été franchi entre François Hollande et Manuel Valls ? Selon plusieurs rumeurs, le Premier ministre pourrait annoncer sa démission du gouvernement en vue de 2017. Tout ceci, face à un président qui n'a toujours pas dévoilé ses intentions.

François Hollande et Manuel Valls, le 11 août 2016
François Hollande et Manuel Valls, le 11 août 2016 Crédit : PATRICK KOVARIK / AFP
MariePierreHaddad75
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

C'est une partie de poker qui vient de s'engager. François Hollande et Manuel Valls se toisent, se testent et se jaugent en vue de l'élection présidentielle de 2017. Qui va se déclarer candidat au suffrage suprême ? Qui va pousser l'autre à se lancer ? Depuis dimanche 27 novembre, les cartes sont désormais posées sur la table. La gauche connaît toutes les données pour l'élection présidentielle : François Fillon est le candidat de la droite, Jean-Luc Mélenchon a finalement reçu le soutien du Parti communiste, Marine Le Pen représentera le Front national et l'énigme Macron est enfin élucidée. À cela s'ajoute une nouvelle information qui est venue mettre à mal la Belle Alliance Populaire, c'est-à-dire la primaire de la gauche. Sylvia Pinel, présidente du Parti radical de gauche et ancienne ministre de François Hollande, a décidé de se présenter à l'élection présidentielle sans passer par la primaire socialiste. 

Manuel Valls compte bien accélérer le mouvement, alors que le candidat de la droite est désormais connu. Le Premier ministre a mis le feu aux poudres. Dans un entretien pour Le Journal du Dimanche, le chef du gouvernement explique vouloir "casser cette mécanique qui conduirait (la gauche ndlr) à la défaite". Plus tard, dans cette même interview, il confie : "Chacun doit mener ses réflexions en responsabilité. je prendrai ma décision en conscience. Quoi qu'il arrive, le sens de l'État m'animera toujours". Et afin de préciser encore plus le doute qui plane sur son éventuelle candidature, Manuel Valls livre même une phrase lourde de sens : "C'est une question de jour". Manuel Valls a ainsi créé une crise institutionnelle au sommet de l'État, laissant présager à la fois d'une candidature mais aussi d'une probable démission de la tête du gouvernement. 

Hollande et Valls, tous les deux candidats ?

En plein résultat de la primaire de la droite et du centre, qui est venu sacrer François Fillon, une rumeur provenant du Parisien est venue clôturer un week-end politiquement désastreux pour François Hollande. Les deux hommes "sont censés déjeuner ensemble au palais de l’Élysée ce lundi midi, avant le départ du Premier ministre en déplacement officiel en Tunisie. Cet agenda sera-t-il chamboulé ? Dans l’entourage du président et au sein du PS, beaucoup parient que Valls pourrait se porter candidat à la primaire du PS dès cette semaine", rapporte Le Parisien. Le nom de Bernard Cazeneuve serait même évoqué pour le remplacer. Selon un vieux compagnon de route du président, "pour Valls, Matignon, c'est fini ! Bernard Cazeneuve va prendre sa place. Manuel est allé trop loin, il a insulté Hollande qui doit lui demander de partir et poser un acte d'autorité. Ça va aller vite". Selon Le Figaro qui cite Reuters, "l'Élysée a catégoriquement démenti les rumeurs d'un remaniement imminent qui verrait Manuel Valls quitter Matignon".

À lire aussi
Emmanuel Macron lors de son meeting à la Bercy Arena en avril 2017 lors de la campagne présidentielle présidentielle 2017
Présidentielle 2017 : la plainte d'Anticor envers plusieurs candidats classée sans suite

Manuel Valls semble avoir dévoilé son jeu. À tel point qu'il fait l'objet des commentaires d'Emmanuel Macron. L'ancien ministre de l'Économie juge qu'il a été "trop loin". "Quand on est premier ministre d'un pays dont on dit chaque jour qu'il est dans une situation historiquement grave, on ne tient pas ces propos sur le président de la République. C'est à lui de prendre ses responsabilités (...) Quand j'ai eu des désaccords, je les ai exprimés et j'ai pris mes responsabilités en quittant le gouvernement", a-t-il déclaré sur France 2. Un ennemi récent de François Hollande, blessé des révélations faites à son égard dans Un président ne devrait pas dire ça... est aussi venu jeter de l'huile sur le feu. Claude Bartolone a plaidé pour une participation à la primaire socialiste de François Hollande... et Manuel Valls. Un "électrochoc" salutaire, selon lui.

Rien d'irréparable n'a été dit

Jean-Christophe Cambadélis
Partager la citation

Le plus hollandais des proches de François Hollande, Stéphane Le Foll, a assuré à l'antenne d'Europe 1, qu'il "n'y aura pas de primaire entre le président de la République et le Premier ministre (...) Ça n'existe pas, ça ne peut pas s'imaginer sauf dans des esprits qui ont un petit peu tendance à confondre leur ressentiment personnel avec l'intérêt général". Il reconnaît cependant que Manuel Valls a "tout à fait la possibilité" d'être candidat, "mais à ce moment-là, il n'est plus premier ministre". La crise est telle que Jean-Christophe Cambadélis tente même un ultime apaisement, avant le déjeuner entre le président de la République et son premier ministre : "Rien d'irréparable n'a été dit, assure-t-il sur France 2. On est simplement dans la discussion entre le Président et le Premier ministre pour savoir sur quoi les choses vont déboucher. Et elles ne déboucheront qu'à une seule candidature (à la primaire de la gauche, ndlr), il n'y aura pas de crise dans l'exécutif". 

Mais selon l'entourage de Manuel Valls, il n'y a pas de crise à l'horizon. D'après Libération, il ne "démissionnera pas car 'il ne veut pas ajouter du désordre au désordre', explique sans rire un parlementaire. 'Le but ce n'est ni une guerre, ni une crise de régime. Il n'y a qu'une chose à faire, que Manuel Valls et François Hollande se parlent', recommande le maire d'Evry, Francis Chouat".

Quelles stratégies pour Valls et Hollande ?

L'empressement de Manuel Valls vise à pousser François Hollande a dévoilé son jeu. Cependant, "le président de la République n’entend toujours pas changer ses plans ni accélérer son calendrier. Il attend notamment de savoir si François Bayrou va ou non se présenter lui aussi à la présidentielle. Une candidature du président du MoDem pourrait en effet fragiliser aussi bien la campagne de François Fillon que celle d’Emmanuel Macron, selon Le Monde. À l’activisme de son premier ministre, le chef de l’État veut opposer une sorte de force tranquille. Vaste défi, tant il semble chaque jour plus affaibli. 'Le président se dit qu’en politique il vaut toujours mieux être le trahi que le traître. Lui a l’intention de gérer le pays, il n’est pas là pour distribuer des bourre-pifs', cingle son entourage à l’intention de Matignon". Mais selon nos informations, un proche du premier ministre assure que "si François Hollande y va, Manuel Valls n'ajoutera pas au désordre".

François Hollande juge que François Fillon, le nouveau candidat de la droite, peut lui faire du bien. Le "positionnement très libéral" de ce dernier "peut lui ouvrir une brèche à gauche dans cinq mois. Sauf que le chef de l’État doit auparavant passer par l’étape de la primaire, plus que périlleuse. 'L’angoisse qu’il a, c’est celle d’une primaire dénaturée, avec une collusion des électorats d’extrême gauche et de droite qui viendraient voter pour le sortir', confie l'un de ses amis. Au point que certains de ses proches lui conseillent de contourner le scrutin de janvier pour se présenter directement devant les Français", ajoute Le Monde. La candidature du président de la République pourrait intervenir le 1er décembre prochain, moment où le chef de l'État sera en déplacement en Corrèze. Mais selon Jean-Pierre Mignard, ami de François Hollande, il doit "échapper à la primaire", dans le cas où il décide de se présenter.

Manuel Valls doit-il se présenter à l’élection présidentielle ?
Nombre de votes : 9035 *Sondage à valeur non scientifique
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Présidentielle 2017 Parti socialiste Gouvernement
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7786012177
2017 : ce qu'il faut comprendre de la partie de poker entre Hollande et Valls
2017 : ce qu'il faut comprendre de la partie de poker entre Hollande et Valls
DÉCRYPTAGE - Le point de rupture a-t-il été franchi entre François Hollande et Manuel Valls ? Selon plusieurs rumeurs, le Premier ministre pourrait annoncer sa démission du gouvernement en vue de 2017. Tout ceci, face à un président qui n'a toujours pas dévoilé ses intentions.
https://www.rtl.fr/actu/politique/2017-francois-hollande-manuel-valls-ce-qu-il-faut-comprendre-de-la-partie-de-poker-7786012177
2016-11-28 10:47:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/ojSyOTVzDH5unsukUEvJqA/330v220-2/online/image/2016/1128/7786013178_francois-hollande-et-manuel-valls-le-11-aout-2016.jpg