1 min de lecture Marine Le Pen

"L'outrance de monsieur Mélenchon ne plaira pas aux classes populaires"

VIDEO - La candidate du Front National à la Présidentielle répondait jeudi matin aux questions de Jean-Michel Aphatie. Une interview que vous avez pu suivre en direct vidéo sur notre site Internet.

Marine Le Pen face à Jean-Michel Aphatie sur RTL le 5 avril 2012
Marine Le Pen face à Jean-Michel Aphatie sur RTL le 5 avril 2012 Crédit : F.Bukajlo / ABACAPRESS - RTL
Jean-Michel Aphatie

Jean-Michel Aphatie : Bonjour, Marine Le Pen.

Marine Le Pen : Bonjour.

180.000 étrangers entrent, aujourd'hui, régulièrement sur le territoire français. Vous dites que si vous êtes élue à l'Elysée, vous réduirez ce chiffre à 10.000. Pourquoi 10.000, ça correspond à quoi 10.000 ?

Ce n'est pas 180.000, c'est 203.000.

Oui, ça dépend. Enfin !

Non, non, c'est 203.000 l'année dernière ; c'est 74% de plus qu'en 2000 sous Lionel Jospin, c'est quand même assez spectaculaire.

Réduire à 10.000 ; ça correspond à quoi 10.000 ? Pourquoi pas zéro ?

Parce que 10.000, je pense que c'est le seuil incompressible pour ne pas se priver de gens de très grand talent qui auraient des compétences qui n'existent pas en France, des chercheurs ou des artistes exceptionnels, voilà... Je pense que c'est un seuil incompressible.

Savez-vous combien il y a de mariages mixtes en France, chaque année ?
 
Ce qui est sûr, monsieur, c'est qu'il y a beaucoup de mariages qui sont des faux mariages et qui servent à obtenir la nationalité française ; et là aussi, il faudra ...

... Savez-vous combien il y a de mariages ?

... Agir. Bon.

Savez-vous combien il y a de mariages ?

Enormément.
 
30.000.

Oui. Enormément.

Vous savez pourquoi je vous pose la question...

... C'est énorme.

En lisant votre programme, je me demandais si la Politique pouvait être juge de l'amour : Qui aime ? Qui n'aime pas ?  Et la Politique décide.

Oui, en tout cas, elle peut être juge de l'escroquerie.

Pas facilement.

Oui si, si, si  elle peut être juge...

Quand les gens déclarent leurs sentiments.
  
Si, si elle peut être juge de l'escroquerie. D'ailleurs, il y a une mesure assez simple, c'est d'allonger le délai de la naturalisation à la suite d'un mariage ; ça permet quand même d'éviter encore une fois l'utilisation du mariage pour obtenir la nationalité française parce que j'ai, tous les jours, moi, monsieur Apathie...

... Les gens qui s'aiment ont le droit de se marier s'ils ne sont pas de la même nationalité ?

Oui, mais tous les jours, moi, j'ai des témoignages de gens qui m'expliquent qu'ils se sont fait avoir, qu'ils croyaient qu'ils étaient aimés ; et en réalité, ils se sont aperçus que trois mois ou quatre mois après le mariage, la personne étrangère qui leur avait déclaré leur amour, est parti avec sa nationalité...   

... C'est la vie !

... Française.

Chacun doit être aussi responsable de sa vie.

C'est vrai, en mariage trompe-qui-peut,  dit le Droit. C'est à l'avocate que vous parlez. Mais monsieur Aphatie, c'est important ce que vous dites...

... Je vous poste ces questions... Oui, exactement,

Non, mais c'est important, pourquoi ? Parce que...

... Parce que quelquefois, on se demande s'il n'y a pas des facilités dans le discours...

Non, non, il n'y a pas de facilités.

Et si le discours ne nie pas les réalités...

... Non, non, non.

... Dans une société ouverte où chacun est libre de sa vie.

Non, non, non. Monsieur Aphatie, ce que je voudrais dire, moi, et merci de m'autoriser à le dire, c'est que l'immigration a peut-être ceci de particulier comme problématique qu'à la différence de toutes les autres qui bien souvent sont réversibles, les problèmes économiques que vit notre pays peuvent être réversibles ; l'Immigration, elle, est irréversible.

Il faut donc bien réfléchir à qui propose quoi dans cette campagne  parce qu'il est vrai qu'entre le droit du sol, et donc l'acquisition automatique de la nationalité française par le simple fait de la naissance, les mariages dont vous parliez, les naturalisations massives, les régularisations massives au cas par cas, eh bien, il y a peu près 2 millions en un quinquennat de personnes qui entrent sur le territoire français ; et ça, ça fait quand même beaucoup, beaucoup pour un système de protection sociale qui n'en peut plus, beaucoup pour  un système de logement social qui n'en peut plus, beaucoup pour la Sécurité sociale qui n'en peut plus, beaucoup pour les 5 millions de chômeurs face auxquels nous avons quand même des responsabilités... aux 8 millions de pauvres et au 1,2 million de foyers qui attendent un logement social.

Votre raisonnement, à votre avis, Marine Le Pen, vaut aussi pour les pays étrangers vis-à-vis des jeunes français qui s'expatrient pour aller travailler. Finalement, chacun chez soi ! Plus personne ne bouge de son pays !

Mais je vous signale que les pays étrangers dont vous parlez maîtrisent leur immigration... Et jamais il ne viendrait à l'idée, par exemple, des Etats-Unis, de ne pas mettre à la porte manu militari un jeune Français qui arriverait sans carte verte, sans autorisation de travailler sur le territoire...

Mais on parle de l'immigration régulière, Marine Le Pen.

Non, mais que les choses soient claires. Ils ont des règles...

... Non, là vous parlez de l'immigration irrégulière. Ma question porte sur l'immigration régulière ?

Mais monsieur Aphatie, ils ont des règles beaucoup plus strictes...

... Régulière.

... Que les nôtres, les autres pays..

Vous mêlez les deux, vous êtes bien d'accord.
Et jamais - encore une fois - il ne viendrait à l'idée, par exemple, des Américains, prenons-le ; mais il y en a d'autres ; de verser, d'éduquer les enfants de clandestins, de prendre en charge leurs soins...

... Je vous parlais d'immigration régulière.
 
Mais non, mais même...
  
Régulière !

Non, mais même, monsieur Aphatie !

D'accord.

Est-ce que vous croyez que quand on va dans un pays étranger et qu'on est (et là, je parle à tous les Français qui travaillent à l'étranger), vous croyez qu'on est pris en charge en matière de santé, vous croyez qu'on a un logement qui est accordé...

... Vous avez les droits comme tous les gens sur le territoire, voilà.

Non, monsieur Aphatie, ça n'est pas vrai.

On mélange un peu tout. Une autre question ?

Et j'espère que tous les Français qui travaillent à l'étranger vont appeler votre standard pour vous expliquer que quand on vit à l'étranger, qu'on est Français, on subvient à ses propres besoins et en aucun cas, l'Etat qui vous a accueilli, qui vous permet d'être là, subvient à vos besoins.

Marine Le Pen sur RTL le 5 avril 2012 (F.Bukajlo / ABACAPRESS - RTL)

Marine Le Pen sur RTL le 5 avril 2012
Votre directeur de campagne, Florian Philippot, a annoncé, le lundi 26 mars, sur LCI, une mesure que je n'ai pas trouvée dans votre programme : un mois de service militaire obligatoire pour les jeunes filles et les jeunes garçons. Je n'avais pas vu ça ; ça n'est inscrit nulle part !Vous confirmez, Marine Le Pen, que vous souhaitez qu'un mois de service militaire obligatoire figure parmi vos propositions ?

Oui, un service national ; et je pense d'ailleurs qu'il devrait être...

... "Service militaire obligatoire", a-t-il dit. Civil ou militaire ?

Ce qu'on appelle un service militaire national.

Mais militaire ?

L'idée, si vous voulez,

Militaire, on est d'accord ?

Oui, oui. Oui, pour leur apprendre... Oui, ça a l'air de vous...

Oui, mais bon !

Ah bon ! D'accord.

Un mois, je ne vois pas bien à quoi ça sert ?

Mais moi, je suis attachée à l'Armée et à la relation qui existe entre l'Armée et la Nation.

Donc, c'est une nouvelle proposition que vous faites ?

Je pense que la suppression du service militaire a été, c'est vrai, une erreur, puisque cette graine de patriotisme qui était plantée dans le cœur de nos jeunes à ce moment-là, eh bien manque bien aujourd'hui. Ce creuset républicain qui permettait aussi...

Mais, un mois seulement ?

Oui, parce que je pense que c'est suffisant...

... Ca suffit un mois ?

... Parce qu'après, il y a... vous savez dans mon programme, une Garde nationale ; et puis, ce bilan fait peut-être de la jeunesse aussi, savoir où en est le niveau d’illettrisme chez les jeunes parce qu'il est probablement beaucoup plus important qu'on ne l'imagine ; détecter peut-être ceux qui sont sensibles aux thèses fondamentalistes islamiques qui soi-disant n'existaient pas mais qui pour finir existent puisqu'on en arrête tous les jours.

Si vous faites entrer 800.000 jeunes dans un circuit pour un mois, c'est très minoritaire, voire marginal ce type de comportement !

Oui, mais vous voyez que je pense qu'il est important que tous ces jeunes, peut-être, se fréquentent aussi, se voient pendant un mois, et sachent qu'il existe encore une Nation...

... D'accord.

... Il existe encore une Patrie...

Le coût ? Combien ça coûte ?

Ah ça, ça coûte un certain.... C'est vrai que ça va coûter... Ca va coûter, mais je pense que c'est utile ; et après l'affaire Merah, il est des sacrifices budgétaires qui sont, je crois, importants pour la cohésion de notre société.

Enfin, l'affaire Merah, ça ne résume quand même pas la société française  !Jean-Luc Mélenchon, hier soir, je vous le fais écouter. Il y a eu un problème entre un cadre du Front National et des gens du Front de Gauche. Il racontait l'histoire, il y a eu une bagarre ; et il finit son histoire comme ça : "Ce sont des sauvages, des brutes, des bons à rien, des gens foutres ; travailleurs qui avaient cru peut-être, un instant, être représentés par cette bande de branquignoles, tachez de vous trouver des représentants de plus haut niveau que ces poivrots..." Un mot de commentaire, Marine Le Pen ?

Ca tombe bien parce qu'hier, il y avait un énorme Poivrot  qui criait "Mélenchon, Mélenchon au Tréport !". C'est rigolo ! Monsieur Mélenchon a tombé le masque hier.  Lui et son équipe, ils ont dit  que leur seul objectif c'était de battre Marine Le Pen. Ah, vous parlez d'un programme révolutionnaire ! C'est ce que fait le système depuis trente ans : tenter de battre le Front National et de limiter son influence.

Cet homme est outrancier, c'est le moins qu'on puisse dire ; mais ça a l'air de plaire au système puisque tout le monde lui trouve toute une série de qualités ; mais ça ne plaira pas aux classes populaires parce qu'ils savent que, eux, ils veulent des candidats qui luttent contre le chômage, contre l'insécurité, contre la disparition du système de protection sociale, pas contre Marine Le Pen.

Marine Le Pen, invitée de RTL, bonne journée.

Le blog de Jean-Michel Aphatie
Le blog de Jean-Michel Aphatie
2012 et vous OK

Lire la suite
Marine Le Pen Politique Jean-Michel Aphatie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7746306739
"L'outrance de monsieur Mélenchon ne plaira pas aux classes populaires"
"L'outrance de monsieur Mélenchon ne plaira pas aux classes populaires"
VIDEO - La candidate du Front National à la Présidentielle répondait jeudi matin aux questions de Jean-Michel Aphatie. Une interview que vous avez pu suivre en direct vidéo sur notre site Internet.
https://www.rtl.fr/actu/politique/2012-marine-le-pen-invitee-de-rtl-a-7h50-7746306739
2012-04-05 10:34:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/0e-kJSaDdsjka5ues0tU9Q/330v220-2/online/image/2012/0405/7746311564_marine-le-pen-face-a-jean-michel-aphatie-sur-rtl-le-5-avril-2012.jpg