2 min de lecture Confidentiels politique

1er mai : Gérard Collomb aussi critiqué dans son camp après les violences à Paris

CONFIDENTIELS RTL - L'opposition tient le ministre de l'Intérieur pour responsable des violences qui ont émaillé la manifestation parisienne du 1er mai. Mais même les amis de Gérard Collomb s'interrogent.

Pauline de Saint-Remy Les Confidentiels RTL Pauline De Saint-Rémy
>
1er mai : Gérard Collomb aussi critiqué dans son camp après les violences à Paris Crédit Image : AFP / ERIC FEFERBERG | Crédit Média : Vincent Derosier | Durée : | Date : La page de l'émission
Générique 1
Vincent Derosier et Loïc Farge

Les débordements du 1er mai auraient-ils pu être évités ? La polémique politique n'en finit pas. Laurent Wauquiez dénonce la "faillite de l'État". Le PS réclame une commission d'enquête parlementaire. Et même chez La République En Marche on se pose des questions.

Car même en vacances, les députés REM ont été horrifiés par les images de ce 1er mai à la télévision : ce McDonald's saccagé et ces voitures incendiées. Mais disons-le tout de suite : les députés de La République En Marche ne remettent pas en cause la gestion à chaud des événements par les forces de l'ordre. Mais cela n'empêche pas un certain nombre d’entre eux de s'inquiéter, voire d'émettre des critiques.

"Le nombre de casseurs a mal été anticipé", confie un député de la majorité, membre de la commission de la Défense. "La gestion en amont n'a pas été bonne", explique un autre. En privé, plusieurs membres du groupe font le même constat résigné : "On ne peut pas empêcher les casseurs de se rassembler". Mais devant les micros, difficile de tenir ce discours. 

"Que de conneries dites devant les caméras !"

Le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb est mis en cause dans son propre camp. Pourtant ses premiers mots ont été jugés classiques, mais efficaces. "À part condamner fermement les violences, il ne pouvait pas dire grand-chose", confie un "Marcheur".

À lire aussi
Jair Bolsonaro international
Bolsonaro insulte Macron : "C'est typique de ce populisme moderne", selon un spécialiste

Mais un parlementaire l'a trouvé franchement "mauvais", mercredi 2 mai au matin sur France 2. "On ne peut pas se tromper sur le nombre de gardes à vue !", lance-t-il. Gérard Collomb en a donné 209. Le préfet a corrigé dans la foulée : il n'y en avait que 109.

Un de ses proches cité dans le journal L'Opinion va plus loin : "Il est attachant Gérard Collomb, mais devant les caméras il dit un nombre de conneries !" Le ministre de l'Intérieur est en tout cas attendu lors des prochaines manifestations. "Seul un âne bute deux fois sur le même obstacle, glisse un parlementaire REM. Et s'il y a d'autres débordements, il faudra se demander si la stratégie Collomb est la bonne".

Pression sur l'Insoumis Ruffin

En attendant, l'exécutif met la pression sur l'Insoumis François Ruffin et la manifestation qu'il organise samedi 5 mai à Paris. "La Fête à Macron" : c'est le nom de ce rassemblement où chacun est censé venir avec ses propres revendications et ses colères.

Gérard Collomb a commencé mercredi matin à allumer les Insoumis. Édouard Philippe a poursuivi dans la soirée. Et Emmanuel Macron, depuis l'Australie jeudi matin, en a rajouté une couche en dénonçant "la faute des élus qui tiennent constamment un discours d'agitation"

"Il est gentil Ruffin, mais il est dangereux", s'étrangle un député. Son discours encourage les violences physique". Pour les "Marcheurs", c'est simple : si ça dégénère, ça sera uniquement la faute de François Ruffin. Le député Insoumis a, selon nos infirmations, passé la soirée à la préfecture pour anticiper tout débordement.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Confidentiels politique 1er mai Gérard Collomb
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants