1 min de lecture Présidentielle 2017

1969 : De Gaulle souhaitait "une sortie à la hauteur de son entrée"

LES PRÉSIDENTIELLES - L'élection avait été organisée après la démission de Charles de Gaulle, désavoué lors du référendum sur la régionalisation et la réforme du Sénat.

Alain Duhamel L'Edito d'Alain Duhamel Alain Duhamel
>
1969 : De Gaulle souhaitait "une sortie à la hauteur de son entrée" Crédit Image : Damien Rigondeaud | Crédit Média : Alain Duhamel | Durée : | Date : La page de l'émission
Alain Duhamel
Alain Duhamel et Ludovic Galtier

Il en avait fait une promesse de campagne : si les Français venaient à dire non à sa réforme sur la régionalisation, il quitterait le pouvoir. Le 28 avril 1969, la sentence est tombée. "Je cesse d’exercer mes fonctions de président de la République. Cette décision prend effet aujourd'hui à midi". Le communiqué signé du général de Gaulle depuis Colombey-les-deux-Églises, est sans ambiguïté.

"Il avait organisé un référendum sur un sujet qui n'est jamais populaire - la réforme régionale. Toutes les réformes sur ce thème dressent automatiquement la France contre celui qui les tentent, cela tourne à la catastrophe", décrypte Alain Duhamel. "Le remplacement du Sénat par une sorte de Conseil économique et social amélioré n'était pas non plus une idée particulièrement populaire", note-t-il aussi. 

"La campagne du référendum s'est très mal passée. L'air vieilli, le général de Gaulle n'a pas été particulièrement brillant. Les ministres faisaient campagne à sa place", ajoute-t-il. Était-ce une façon de préparer son départ ? "Il fallait qu'il ait une sortie à la hauteur de son entrée. Comme son entrée, ça avait été de créer une République, sa sortie, ça a été 'Vous me refusez mon référendum, je m'en vais sur le champ", résume l'éditorialiste.

À lire aussi
Emmanuel Macron face aux maires, dans l'Eure Emmanuel Macron
Débat : "Il y a un côté cure de jouvence" pour Macron, dit Roquette

Le duel Pompidou-Poher, l'échec Deferre et la surprise Duclos

Georges Pompidou, qui apparaissait comme le dauphin naturel du général, s'est présenté immédiatement. Il avait en face de lui Alain Poher, président du Sénat furieux de la réforme que le général avait proposée. Au départ, il faisait jeu égal avec Georges Pompidou.

À gauche, deux candidats se sont fait remarquer. Gaston Deferre, maire de Marseille et candidat du Parti socialiste, était allié à Pierre Mendès France : cela a été une catastrophe absolue. À l'inverse, le communiste Jacques Duclos, leader parlementaire du parti, a fait une campagne formidable. Il a atteint 20% des voix.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Présidentielle 2017 Charles de Gaulle
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7788435956
1969 : De Gaulle souhaitait "une sortie à la hauteur de son entrée"
1969 : De Gaulle souhaitait "une sortie à la hauteur de son entrée"
LES PRÉSIDENTIELLES - L'élection avait été organisée après la démission de Charles de Gaulle, désavoué lors du référendum sur la régionalisation et la réforme du Sénat.
https://www.rtl.fr/actu/politique/1969-de-gaulle-souhaitait-une-sortie-a-la-hauteur-de-son-entree-estime-alain-duhamel-7788435956
2017-05-07 09:48:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/I1W1G4e4ccL6GonXmyhJNw/330v220-2/online/image/2014/0422/7771346747_alain-duhamel.jpg