1 min de lecture Éducation nationale

Plus qu'un mois pour réviser le bac

Le bac, ,c'est dans un mois ! Cette année, toutes les épreuves écrites auront lieu la même semaine, celle du 18 juin. Comme d'habitude, c'est la philosophie qui ouvrira le bal pour toutes les séries. Puis l'histoire-géo le mardi, Français et langue vivante le mercredi. Les quelques 650.000 élèves de Terminale sont déjà plongés dans leurs révisions. Certains sereins, d'autres plus stressés... C'est la dernière ligne droite !

Les révisions arrivent à leur terme
Les révisions arrivent à leur terme Crédit : AFP
micro générique
La rédaction de RTL Journalistes RTL

Le nombre de bacheliers a doublé entre 1985 et 2010

Les candidats au baccalauréat n'ont plus qu'un mois pour réviser et décrocher le millésime 2012 avec une mention de préférence, lors d'épreuves qui se dérouleront sous haute surveillance pour éviter les fraudes qui ont entaché la précédente session.

Environ 650.000 candidats passent le bac, et comme tous les ans, c'est la philosophie, l'épreuve reine, qui donnera le coup d'envoi le 18 juin.

Les épreuves se dérouleront jusqu'au 22 juin. Les résultats seront dévoilés le 6 juillet et les épreuves de rattrapage auront lieu jusqu'au 11 juillet inclus.

Parmi les nouveautés, les élèves de première S passeront l'épreuve anticipée d'histoire-géographie, les obligeant à avoir vu en neuf mois le programme qu'ils faisaient auparavant en deux ans, au grand dam des professeurs.

Le nombre de bacheliers a doublé entre 1985 et 2010, grâce notamment à la création de la voie professionnelle. En 2011, les candidats avaient été 6% de plus qu'en 2010, et les effectifs de ceux inscrits au bac pro avaient bondi de 36,5%.

Le même scénario se profile cette année, selon le ministère qui indique que le nombre de candidats au bac pro sera "en forte hausse, ce qui gonfle le nombre de candidats toutes séries confondues".

Le taux de réussite au bac lui aussi a augmenté, passant de 60,5% à 85,6% entre 1960 et 2011, mais décrocher le diplôme ne suffit plus pour certains élèves qui visent une mention pour accéder aux grandes écoles.

L'année dernière, 45% des bacheliers ont décroché leur diplôme avec une mention, soit un peu plus qu'en 2010. Entre 1997 et 2010, le nombre de mentions "très bien" au bac S a été multiplié par cinq. 

Réduire le poids des options
 
En 2011, les meilleures notes ont toutes été obtenues au bac général, avec une prééminence de la série scientifique: sur les 38 bacheliers qui ont eu 20/20 ou plus grâce aux options, 30 étaient en S, cinq en ES et trois en L.

En 2010, près de 26% des mentions "très bien" au bac S s'expliquent par des épreuves facultatives comme le latin ou la musique.

Les épreuves facultatives "jouent un rôle très important dans l'attribution des mentions et un rôle plus limité dans l'attribution du diplôme", selon un rapport de décembre 2011 sur les "propositions pour une évolution du baccalauréat" remis à l'ancien ministre Luc Chatel.

Ce rapport préconise de réduire l'incidence des options et d'instaurer une note éliminatoire sur les matières fondamentales, ainsi qu'une part de contrôle continu.

Une note éliminatoire fixée à 8 diminuerait le taux de réussite de 25,4% en série L, de 13,9% en série ES et de 10,6% en série S.

Ces pistes ont été reprises par Nicolas Sarkozy pendant la campagne présidentielle. François Hollande n'avait rien proposé sur cette question, sa priorité étant l'enseignement primaire.

Chaque session du bac représente un budget important (54 millions d'euros en 2011 contre 50 millions en 2010) et constitue un défi en matière d'organisation: 4.880 sujets en 2011, 4.737 centres d'examen en France, 82 pays étrangers organisateurs, 166.866 correcteurs et examinateurs et 4 millions de copies à corriger.

Et les risques de fuites se sont développés avec les nouveaux moyens technologiques, comme ce fut le cas l'année dernière sur un sujet de maths du bac S. Selon une circulaire récente, les téléphones et "smartphones" devront "être impérativement éteints et rangés dans le sac du candidat ou remis aux surveillants de salle".

Un diagnostic de sécurisation des locaux a été mené et une commission disciplinaire académique a été créée, les fraudeurs n'étant plus jugés par l'université.

En 2010, 272 cas de fraude au bac avaient été recensés, soit 0,05% des candidats.

Lire la suite
Éducation nationale Baccalauréat Info
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants