1 min de lecture Social

Petroplus : deux offres "sérieuses" de reprise ont été déposées

Les 470 salariés de la raffinerie Petroplus de Petit-Couronne, en Seine-Maritime, sont suspendus mardi au dépôt d'offres de reprise de leur groupe devant le Tribunal de Rouen. Sans offres, leur usine fermera. Lundi soir, Matignon se montrait pessimiste sur l'éventualité qu'un repreneur se manifeste. Mais le ministère du Redressement productif a annoncé ce mardi que cinq offres avaient finalement été déposées, dont deux "paraissent sérieuses et financées". L'administrateur judiciaire de l'usine doit maintenant se prononcer et valider ou non l'un des projets de reprise.

micro générique
La rédaction numérique de RTL
et Philippe Roy-Contancin

L'Etat prêt à donner un coup de pouce

Selon Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif, seules deux offres déposées auprès de l'administrateur judiciaire "paraissent sérieuses et financées". Il s'agit de l'investisseur suisse, Terrae et de l'énergéticien égyptien Arabiyya Lel Istithmaraat. Pour ces deux offres, l'Etat pourrait donc accepter de mettre la main à la poche pour boucler le financement de ce rachat via le Fonds stratégique d'investissement (FSI), mais dans des proportions limitées (inférieure à 10 %).

Pour reprendre et redémarrer la raffinerie de Petit-Couronne, les repreneurs éventuels doivent mettre au moins 100 millions d' euros sur la table. Il faut aussi adapter un outil vieillissant, car le marché français a essentiellement besoin de diesel. Un investissement lourd estimé à au moins 300 millions d' euros.

Réponse mercredi ?

L'une des cinq offres déposées sera-t-elle considérée comme suffisamment crédible ? Les administrateurs judiciaires de Petroplus garderont normalement le silence jusqu’à mercredi après-midi. Ils veulent d'abord rencontrer les représentants du personnel pour leur réserver la primeur des propositions. Il faudra quelques jours pour que le tribunal de commerce de Rouen rende une décision repoussée, après sept reports depuis le mois de mars 2012. Elle sera cette fois-ci définitive : soit une reprise, soit la fermeture.

Petit-Couronne est l'une des huit raffineries françaises qui fournissent une partie des 50 millions de mètres cubes de carburant consommés chaque année en France. Secteur stratégique, le raffinage français connaît une crise depuis plusieurs années, cumulant des marges peu élevées à une faible demande et à une surcapacité de production d'essence, dans un pays où le diesel représente 80% de la consommation de carburant.

Lire la suite
Social Emploi Industrie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants