1 min de lecture Justice

Pas de huis clos pour le procès du meurtre de Jérémy Censier

Le soulagement des parents de Jérémy Censier, sauvagement assassiné à l'âge de 19 ans en août 2009 près de Pau. La cour d'assises des mineurs a rejeté mercredi matin la demande de huis-clos déposée dès l'entame du procès par la défense du principal accusé. Les six personnes jugées comparaissent toutes libres sous contrôle judiciaire.

Joël et Corinne Censier, les parents de Jérémy, sont soulagés par le rejet du huis clos
Joël et Corinne Censier, les parents de Jérémy, sont soulagés par le rejet du huis clos Crédit : RTL / Philippe De Maria
Philippe De Maria et Laurent Bazin

"Aucune fragilité particulière"

Pour justifier le rejet du huis clos, le président de la cour d'assises des mineurs des Pyrénées-Atlantiques a invoqué l'ordonnance de 1945 sur la justice des mineurs ainsi que l'article 306 du Code de procédure pénale qui autorise la levée du huis-clos dans les juridictions pour mineurs si l'accusé est devenu entre-temps majeur.

L'accusé "ne présente aucune fragilité particulière", a insisté Michel de Maître, se rangeant à l'avis de l'avocat général, Jean-Christophe Muller, favorable à la publicité des débats, réclamée par la famille de la victime. Cette dernière avait menacé de quitter le procès si la défense avait obtenu gain de cause.

La publicité des débats "ne nous dérange pas", a commenté Me Thierry Sagardoytho, chargé avec Me Denise Pombielh de la défense du principal accusé. "Elle va permettre de mettre en exergue tous les dysfonctionnements de la justice" qui ont conduit à l'accusation de son client "pour un crime qu'il n'a pas commis", a-t-il ajouté.

Agé de 22 ans, le principal accusé, mineur au moment des faits, encourt trente ans de réclusion. Jugés pour violences volontaires en réunion, ses cinq coaccusés - âgés de 23 à 34 ans - sont passibles de sept ans de prison.

Combat judiciaire

Les faits remontent à la nuit du 21 au 22 août 2009, lors d'une fête à Nay, village à une vingtaine de kilomètres de Pau : Jérémy Censier, originaire du Gers, est roué de coups par une bande et poignardé. Selon l'autopsie, il est mort d'un coup de couteau au cœur.

Le père de la victime, Joël Censier, un ancien policier de 53 ans, s'était lancé fin 2011 dans un combat judiciaire très médiatisé. Dans un spot largement diffusé sur Internet, il réclamait une justice moins laxiste et interpellait les candidats à la Présidentielle. En décembre, il a été reçu par la garde des Sceaux, Christiane Taubira.

(Avec dépêches)

Lire la suite
Justice Faits divers Meurtre
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants