1 min de lecture Social

Négociations sur l'emploi : le moment de vérité

Le moment de vérité est arrivé : patronat et syndicats ont repris jeudi leurs discussions pour tenter d'apporter au gouvernement le compromis sur la "sécurisation de l'emploi" tant souhaité par François Hollande pour répondre à la crise. "Il n'y aura pas de négo de nuit. Peut-être demain matin" mais "j'espère qu'on bouclera d'ici ce soir", a déclaré, très optimiste désormais, la patronne du Medef Laurence Parisot aux journalistes suivant la réunion au siège du Medef. Le négociateur de la CFDT, Patrick Pierron, s'était dit un peu plus tôt "déterminé à essayer de trouver un accord", estimant que le dernier texte patronal allait "dans le bon sens".

studio-rtl
La rédaction numérique de RTL

Taxation des contrats précaires

Néanmoins, il subsiste "un grand manque", la taxation des contrats courts (CDD, intérim), a-t-il souligné.
  
Depuis le coup d'envoi, le 4 octobre, de cette négociation cruciale, syndicats (CDFT, CGT, FO, CFE-CGC, CFTC) et patronat (Medef, CGPME, UPA) n'ont pas réussi à s'entendre sur les moyens de fluidifier le marché du travail en donnant plus de souplesse aux entreprises et de protection aux salariés.
  
Le compromis bute toujours sur la taxation des contrats précaires, alors qu'entre 2000 et 2010, le recours aux CDD de moins d'un mois a explosé (+88%). Hormis la CFE-CGC, tous les syndicats en font un impératif.
  
La levée de cette hypothèque, au cours de ce dernier round, rendrait possible un paraphe de la CFDT, de la CFTC et de la CFE-CGC. Ces syndicats sont prêts à d'importantes concessions en contrepartie de nouveaux droits pour les salariés : complémentaire santé pour tous, droits rechargeables d'assurance chômage, limitation des temps partiels imposés ou encore droit de vote des salariés dans les conseils d'administration.
  
Une convergence avec FO et la CGT semble impossible
: "Force ouvrière ne sera pas le fossoyeur du code du travail en France", a prévenu Stéphane Lardy.  
  
Plus de précarité en jeu pour la CGT

Les "dernières propositions patronales représentent plus de précarité pour les salariés", a redit jeudi le patron de la CGT Bernard Thibault qui devait manifester à la mi-journée devant le siège du Medef, ainsi que FO.
  
Les partenaires sociaux ont tout à gagner d'un accord. Un compromis conforterait également le gouvernement et le président qui ont érigé le dialogue social en moteur de réformes.

A défaut d'accord "historique", l'exécutif attend désormais un "accord ambitieux", considérant cette réforme comme primordiale pour lutter en profondeur contre le chômage, qui touche 3,13 millions de Français.

Dans ce théâtre, la CFDT et le Medef, qui détiennent la clef de l'accord "donnant-donnant" final, n'ont cessé de souffler le chaud et le froid. Lundi, Mme Parisot s'était insurgée contre l'intervention "perturbatrice" du gouvernement qui a menacé d'exclure les CDD du crédit d'impôt compétitivité donné aux entreprises si elle ne lâchait pas du lest et s'était dit "très pessimiste".
  
In fine, le patronat, qui craint "une surenchère du législateur", devrait consentir à taxer certains CDD.
  
Alors que cette question figure dans la feuille de route remise aux négociateurs et dans les 60 engagements du candidat Hollande, Joseph Thouvenel (CFTC) estime que l'enjeu portera surtout "sur le niveau" du renchérissement des cotisations sociales pour que "le CDI redevienne la norme d'embauche".
  
En contrepartie, le patronat espère notamment obtenir de faciliter les accords de flexibilité (travail et/ou salaires) sans prendre le risque d'un plan social, "sécuriser" les licenciements collectifs par des accords avec les syndicats ou une homologation administrative, restructurer plus aisément.
  
Pour être entériné, un accord ne doit pas rencontrer l'opposition de plus de deux syndicats.
  
Accord ou pas, le gouvernement légifèrera mais en cas d'échec, un texte sera présenté "avant fin février" en Conseil des ministres, a--il prévenu mercredi.

(Avec AFP)

Lire la suite
Social Emploi Syndicats
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7756742695
Négociations sur l'emploi : le moment de vérité
Négociations sur l'emploi : le moment de vérité
Le moment de vérité est arrivé : patronat et syndicats ont repris jeudi leurs discussions pour tenter d'apporter au gouvernement le compromis sur la "sécurisation de l'emploi" tant souhaité par François Hollande pour répondre à la crise. "Il n'y aura pas de négo de nuit. Peut-être demain matin" mais "j'espère qu'on bouclera d'ici ce soir", a déclaré, très optimiste désormais, la patronne du Medef Laurence Parisot aux journalistes suivant la réunion au siège du Medef. Le négociateur de la CFDT, Patrick Pierron, s'était dit un peu plus tôt "déterminé à essayer de trouver un accord", estimant que le dernier texte patronal allait "dans le bon sens".
https://www.rtl.fr/actu/negociations-sur-l-emploi-le-moment-de-verite-7756742695
2013-01-10 12:35:00