3 min de lecture Pierre Moscovici

Moscovici : "J'ai appris le mensonge de Jérôme Cahuzac le jour de ses aveux"

Accusé d'avoir tenté de couvrir son ancien collègue du Budget, Jérôme Cahuzac, l'actuel ministre de l'Économie et des Finances, Pierre Moscovici, s'en défend sur RTL.

Nicolas Marischaël avec sa famille dans son atelier-boutique
La rédaction numérique de RTL

Avez-vous couvert votre collègue en ne posant pas les bonnes questions à la Suisse ?
L'action que j'ai conduite a été exemplaire et irréprochable depuis le début. A l'époque, il y avait eu une enquête préliminaire qui avait été ouverte sur la base de propos publiés par Mediapart qui disaient que Jérôme Cahuzac avait un compte en Suisse à l'UBS qu'il avait fermé en 2010. Dans cette convention d'entraide, il fallait mentionner un établissement bancaire qui était celui-ci visé et aucun autre à l'époque. Donc le directeur général des Finances Publiques a demandé s'il avait un compte à l'UBS pendant la période de la convention franco-suisse qui remontait à 2009. Les Suisses ont été plus compréhensifs encore à notre insistance et sont remontés jusqu'en 2006 qui est la date de prescription fiscale.

Vous ne pouviez pas demander une date antérieure ?
C'était impossible car c'était la prescription. Ne pas mentionner une enquête est impossible car c'est une convention. Par ailleurs, si j'avais encore élargi le champ de la recherche, on m'aurait accusé d'avoir procédé à une enquête parallèle. La seule chose que j'ai faite, a été de transmettre ce document immédiatement à la police judiciaire.

Ce document a-t-il été instrumentalisé par Jérôme Cahuzac ?
Je ne veux pas me lancer dans ce genre de polémique. Ce qui est très clair, c'est que ce document a été utilisé à des opérations de communication par des personnes que je ne veux pas nommer ou suspecter qui ne l'avaient pas eu, qui ne l'avaient pas lu.

Pourquoi vous n'avez pas dénoncé cette utilisation médiatique puisqu'elle était basée sur un document qui n'avait pas été vu ?

J'ai dit ce que je devais à qui je devais le dire à l'époque. J'ai, pour ma part, totalement refusé de répondre à cela. A chaque étape, nous avons aidé la vérité à se faire jour et nous avons posé les bonnes questions car ce sont les questions que nous pouvions poser.

Vous rongiez votre frein manifestement pour ne pas avoir à commenter que vous lisiez ?
Je respectais seulement ce qu'était ma fonction.

À lire aussi
Pierre Moscovici, le premier président de la Cour des comptes économie
Dette publique : "Les Français doivent consommer", enjoint Pierre Moscovici sur RTL

Jérôme Cahuzac a-t-il été couvert parce qu'il finançait de façon occulte un parti politique ?
Il n'a pas été couvert du tout. En ce qui me concerne, j'ai appris le mensonge de Jérôme Cahuzac le jour de ses aveux. Puisqu’il n'y a eu aucune couverture, aucune forme de tentative de l'innocenter, aucune forme de tentative de le blanchir alors à fortiori ne parlons pas d'autre chose.

Vous avez vu la Une de tous les journaux internationaux, et dans Le Monde, une liste de personnalités ayant des comptes dans les paradis fiscaux dont l'ex-trésorier de campagne de François Hollande. Vous étiez son directeur de campagne. Il dit que c'est légal, est-ce que c'est moral ?
Je souhaite que nous soyons capables de lutter contre les paradis fiscaux. La France sera la premier pays à demander à toutes les banques françaises ce que sont leurs activités, leurs effectifs, leurs revenus dans tous les pays du monde y compris ceux qui sont considérés comme des paradis fiscaux. Il faut absolument avancer vers la transparence.

Mais quand l'ex-trésorier de campagne de François Hollande avoue ne rien avoir fait d'illégal mais avoir eu deux comptes dans ces îles Caïmans. ça vous interpelle ?
Je pense qu'il faut que vous vous adressiez à monsieur Augier.

Monsieur Augier dit que François Hollande n'a rien à voir avec ces activités mais que tout ça est légal. Est-ce moral ?
Je viens de me prononcer sur ce qu'il convenait de faire contre les paradis fiscaux, sur l'éthique qu'il fallait respecter mais comme l'a dit monsieur Augier, il n'a rien à voir avec quoique ce soit de politique.

Est-ce que le gouvernement est fragilisé ? Manuel Valls disait qu'il aurait viré Arnaud Montebourg s'il avait été Premier ministre après les propos qu'il a tenu à Jean-Marc Ayrault, et vous,
Je suis ministre du gouvernement de Jean-Marc Ayrault, je travaille avec Jean-Marc Ayrault pour qui j'ai plus que de l'estime. Il sait exercer son autorité donc je suis à ses côtés.

Mais vous n'auriez pas viré Arnaud Montebourg ?
Ce n'est pas moi qui suis Premier ministre. Il faut respecter la personnalité et les pratiques du Premier ministre qui est un homme qui a de l'autorité, qui sait où il va, qui est rigoureux, sérieux.

Lire la suite
Pierre Moscovici Suisse Exil fiscal
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants