2 min de lecture DCRI

Militaire agressé : l'auteur présumé avait été signalé par les services de renseignements

L'homme de 22 ans arrêté mercredi pour l'agression d'un militaire à La Défense avait été "signalé" en février comme "se radicalisant", dans une note transmise à la Direction centrale du renseignement intérieur.

studio-rtl
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Le jeune homme arrêté mercredi en banlieue parisienne pour l'agression d'un militaire à La Défense avait été "signalé" en février comme "se radicalisant", par un service de renseignement, selon une information du Monde.fr. Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, a confirmé sur RTL l'existence de cette note, qui "présentait cet individu comme un fondamentaliste musulman", mais ne décrivait "pas un profil jihadiste".

Une note de la Sous-direction de l'information générale (Sdig - ex Renseignements généraux) du département des Yvelines évoquait le cas du suspect, Alexandre, comme se radicalisant. Elle a dû être "transmise" comme "il est d'usage en pareil cas à la hiérarchie et ensuite à la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI)", a précisé la source policière.

Beaucoup de notes de ce type écrites par les services de renseignement

Les suites exactes données par la hiérarchie de la Sdig et de la DCRI à cette note, n'a pas été précisée. "Oui il y a une note de l'information générale" qui "présente cet individu comme un fondamentaliste musulman, à partir d'un certain nombre d'éléments comme une prière dans la rue, son accoutrement ou son refus de voir des femmes", a expliqué Manuel Valls.

À lire aussi
Nicolas Sarkozy à Nice, le 10 mars 2014. politique
Écoutes de Sarkozy : quand l'ex-président voulait s'assurer de la "fidélité" du patron de la DCRI

Le ministre a précisé qu'il y avait "beaucoup de notes de ce type parce qu'il y a malheureusement beaucoup de fondamentalistes de ce type, ce qui n'en fait pas un terroriste. Et la note ne présente pas, que je sache, un profil jihadiste, c'est-à-dire quelqu'un qui se prépare, qui se forme à la violence", ajoute-t-il.

On ne peut pas judiciariser des gens qui n'ont pas commis d'actes de violence.

Manuel Valls, ministre de l'Intérieur
Partager la citation

Cela "montre bien la difficulté de traiter ce type de profil", a-t-il insisté, affirmant qu'on "ne peut pas judiciariser des gens qui n'ont pas commis d'actes de violence". "Ce que je sais, c'est que la police et la direction centrale du renseignement intérieur ont fait leur travail", a-t-il poursuivi.

Le Monde.fr explique avoir eu accès à cette note qui dresse un parcours assez détaillé de la dérive présumée vers un islamisme radical du suspect depuis 2009. En mai 2012, il avait ainsi attiré l'attention des policiers municipaux de Guyancourt (Yvelines) en raison de son "comportement".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
DCRI Manuel Valls Paris
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7761826618
Militaire agressé : l'auteur présumé avait été signalé par les services de renseignements
Militaire agressé : l'auteur présumé avait été signalé par les services de renseignements
L'homme de 22 ans arrêté mercredi pour l'agression d'un militaire à La Défense avait été "signalé" en février comme "se radicalisant", dans une note transmise à la Direction centrale du renseignement intérieur.
https://www.rtl.fr/actu/militaire-agresse-l-auteur-presume-avait-ete-signale-par-les-services-de-renseignements-7761826618
2013-05-29 19:51:00