2 min de lecture Info

Médecin par intérim, Olivier Vinot apprécie sa "liberté d'organisation"

Un anesthésiste de 52 ans, Olivier Vinot, qui a choisi de quitter son poste en hôpital pour exercer en intérim, raconte son expérience. Un rapport sur le coût des médecins contractuels est remis ce mardi aux députés.

Un chirurgien au Centre hospitalier universitaire d'Angers en octobre 2013 (photo d'illustration).
Un chirurgien au Centre hospitalier universitaire d'Angers en octobre 2013 (photo d'illustration). Crédit : JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP
studio-rtl
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Olivier Vinot, 52 ans, anesthésiste, a choisi d'exercer en intérim mais l'argument financier n'est pas sa principale motivation : "le gros avantage, c'est la liberté d'organisation de l'emploi du temps".

"J'ai profité de cette opportunité pour faire ce que j'avais envie de faire depuis longtemps"

En décembre 2012, ce professionnel expérimenté a quitté son poste de praticien hospitalier (PH) dans un grand centre hospitalier universitaire (CHU), après 15 ans de service, pour se tourner vers l'intérim. "Il n'y a pas une seule raison : j'avais envie de voir autre chose. J'avoue qu'il y avait une part de démotivation sur le plan professionnel", explique-t-il, évoquant aussi un "manque d'écoute" de sa hiérarchie.

"Je me suis mis au pied du mur en me disant 'il faut le faire maintenant' et j'ai démissionné en renonçant à mon statut", raconte le médecin. "C'était un choix brutal qui a laissé perplexe un certain nombre de mes collègues mais je ne regrette pas. J'ai profité de cette opportunité pour faire ce que j'avais envie de faire depuis longtemps, essayer de partir avec les organismes humanitaires". Haïti, l'Irak : depuis sa démission, il alterne les missions humanitaires et les remplacements, travaillant entre une semaine et dix jours par mois dans les hôpitaux de la région Rhône-Alpes.

"En 2013, j'ai eu suffisamment de propositions, sans avoir à chercher. Je suis passé par une agence d'intérim qui a rempli mon planning tout de suite les trois premiers mois puis les choses se sont enchaînées", explique-t-il. "Le gros avantage, hormis un certain plaisir de découvrir de nouvelles structures, c'est la liberté d'organisation de l'emploi du temps. Si je veux bloquer un mois et demi ou deux mois pour partir en humanitaire, je peux le faire", dit encore ce père de deux grands enfants.

Meilleure rémunération pour d'autres contraintes

À lire aussi
Giuseppe Conte le 28 juin 2018, à Bruxelles Italie
Le Premier ministre italien Giuseppe Conte a remis sa démission

Un rapport parlementaire présenté mardi estime que le surcoût des médecins employés à titre temporaire représente 500 millions d'euros par an pour les hôpitaux. Lui a fait le calcul : son revenu d'intérimaire est équivalent à ce qu'il gagnait en tant que titulaire. Mais la rémunération n'a pas dicté son choix. "C'est mieux payé certes, mais tout dépend dans quelle logique vous êtes". Ses remplacements ont eu lieu pour moitié sur des nuits ou des jours fériés, pour lesquels les titulaires touchent une indemnité supplémentaire, fait-il valoir. Il estime que son salaire est supérieur de 32% à celui d'un titulaire au dernier échelon et dit gagner 690 euros nets par "période" (nuit ou journée).

"Ce n'est pas négligeable, mais quand on prend en compte les contraintes d'organisation, le déplacement, le temps passé sur place entre deux gardes où vous ne rentrez pas chez vous, le travail dans des lieux que vous connaissez mal et le fait qu'en cas de problème de santé, vous n'avez aucune sécurité, toute cela ne compense pas les revenus supplémentaires", juge-t-il. Pour lui, "le remplacement n'est pas forcément plus coûteux" même si ce n'est pas une "solution d'avenir car une équipe hospitalière ne tourne pas bien sans équipes permanentes, structurées, solidaires". Dans les cinq ans, il envisage de "reprendre un poste de PH" s'il trouve une petite structure où "poser ses valises".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Info Politique Santé
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7767975284
Médecin par intérim, Olivier Vinot apprécie sa "liberté d'organisation"
Médecin par intérim, Olivier Vinot apprécie sa "liberté d'organisation"
Un anesthésiste de 52 ans, Olivier Vinot, qui a choisi de quitter son poste en hôpital pour exercer en intérim, raconte son expérience. Un rapport sur le coût des médecins contractuels est remis ce mardi aux députés.
https://www.rtl.fr/actu/medecin-par-interim-olivier-vinot-apprecie-sa-liberte-d-organisation-7767975284
2013-12-17 05:24:59
https://cdn-media.rtl.fr/cache/-kdiY88Ej55BkXzeHZigmw/330v220-2/online/image/2013/1217/7767975579_un-chirurgien-au-centre-hospitalier-universitaire-d-angers-en-octobre-2013-photo-d-illustration.jpg