2 min de lecture Hôpitaux

Marisol Touraine veut désengorger les urgences

La ministre de la Santé a dévoilé un plan pour améliorer la gestion des entrées et des sorties aux urgences, qui concernera 150 établissements dans toute la France.

AFP et La rédaction numérique de RTL

Marisol Touraine a annoncé vendredi un dispositif visant à mieux gérer les lits à l'hôpital, afin de désengorger les urgences.


Jugeant que la situation dans les services de premiers soins "n'est pas satisfaisante", la ministre de la Santé et des Affaires sociales souhaite mettre en place de nouveaux postes : les "gestionnaires de lits d'aval". Concrètement, il s'agira de personnes chargés de trouver des services "qui vont accueillir les malades des urgences", a-t-elle déclaré à l'occasion d'une visite à l'hôpital Saint-Joseph de Paris. 

150 hôpitaux concernés

La question des lits d'aval est un problème récurrent aux urgences. Nombre d'urgentistes se plaignent de ne pas pouvoir trouver de place pour leurs patients à l'issue de leur passage dans ce service. "Nous voyons tous trop souvent des brancards dans les couloirs, du personnel qui est débordé" mais "le problème des urgences, c'est (...) surtout des questions d'organisation", a souligné Marisol Touraine. 
   
"Je lance un plan de déploiement dans 150 hôpitaux en France dans lesquels seront créés des services de gestion des lits d'aval", a-t-elle poursuivi. Ces services, à l'image de celui créé en 2012 à l'hôpital Saint-Joseph, orientent les patients après leur passage aux urgences et recensent les places disponibles dans les services pour les accueillir, en fonction des entrées et des sorties. 

L'objectif, c'est d'abord de faire gagner du temps au patient

Marisol Touraine
Partager la citation

"Dans les quelques semaines qui viennent (...) les agences régionales de santé vont indiquer les services d'urgences dans lesquels il leur paraît prioritaire d'engager ces travaux", a précisé la ministre, selon laquelle "le déploiement commencera très rapidement et sera achevé d'ici 18 mois au plus tard". "L'objectif c'est d'abord de faire gagner du temps au patient" et "c'est de faire en sorte que l'organisation de l'hôpital de façon plus générale marche mieux", a dit Mme Touraine. 

Un investissement financé par la péréquation

À lire aussi
Donald Trump le 6 avril 2020 États-Unis
Coronavirus aux États-Unis : Donald Trump annonce faire don de son salaire pour la recherche

"Nous verrons au cas par cas si des (créations de) postes doivent être envisagées ou (si) des réorganisations (...) sont la voie la mieux adaptée", a-t-elle affirmé.  

Interrogée sur le coût de ces nouveaux services, la ministre a estimé que celui-ci allait "être maîtrisé: il sera variable selon les établissements et surtout, nous pensons que puisqu'il y aura une meilleure organisation de l'ensemble de l'hôpital, les économies qui seront faites d'un côté permettront de financer les investissements nécessaires". 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Hôpitaux Info Marisol touraine
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants