1 min de lecture Nicolas Sarkozy

Les premiers pas de Valérie Trierweiler à l'Elysée

Les spécialistes de l'actu "people" pourraient appeler ça le syndrome "Pippa Middleton". Tout comme la sœur de Kate Middleton, qui avait attiré l'attention de bon nombre d'observateurs lors du mariage royal outre-Manche, la compagne de François Hollande a tenu un rôle non négligeable dans la cérémonie très solennelle de passation de pouvoirs mardi à l'Elysée.

Micro RTL
La rédaction de RTL Journalistes RTL

Une passation de pouvoirs entre femmes

Valérie Trierweiler, devenue première Première dame de la Ve République non mariée, l'avait déjà annoncé au lendemain du 6 mai : elle ambitionne de continuer à exercer son métier de journaliste et veut réinventer cette fonction, qui n'a pas de contours précis. Mardi, elle lui a déjà donné un nouveau souffle, inaugurant son rôle de façon complètement inédite, en suivant le président à chacune des étapes de sa journée, de la cérémonie d'investiture à l'Elysée à son discours à l'Hôtel de ville de Paris.

A la présidence, une nouveauté également, elle s'est longuement entretenue avec la première dame sortante Carla Bruni-Sarkozy. Après une longue conversation, les deux femmes sont en effet sorties aux côtés de leurs époux et compagnon respectifs et se sont ensuite embrassées sur le perron de l'Elysée avant de se séparer (voir vidéos ci-dessous).



Tout comme ce fut le cas lors du mariage royal, les observateurs étaient attentifs à la tenue de la compagne du Président. Robe en crèpe noire ceinturée, talons hauts, Valérie Trierweiler a choisi l'élégance dans la sobriété pour ses premiers pas au Palais présidentiel. Elle a ensuite revêtu une longue veste blanche, pochette assortie à la main.
  

Une fonction à "inventer"

Journaliste et non mariée, la compagne du nouveau chef de l'Etat, 47 ans, fait déjà figure d'exception dans la lignée des impétrantes dans de telles fonctions à l'Elysée. Et assume le fait qu'elle va devoir progressivement trouver ses marques.

"Première dame, c'est un second rôle et il faut l'accepter comme tel. Moi ça me convient très bien", déclarait-elle il y a peu. Mais "je ne serai pas une potiche", a-t-elle aussi averti dans le Times, dessinant par petites touches au fil de ses nombreuses interviews ces derniers jours la façon dont elle entend incarner son rôle .
  
"Je pense que ce sera plus facile pour moi à l'Elysée que cela ne l'a été pour Carla Bruni", a-t-elle aussi confié soulignant que l'épouse de Nicolas Sarkozy, chanteuse et ex-mannequin, "venait d'un monde totalement étranger à celui de la politique et n'en connaissait pas nécessairement les codes".

"Il faut en tout cas inventer la fonction et peut-être inventer une nouvelle expression que celle de première dame", "pour l'instant, c'est encore totalement irréel", estime t-elle. Elle a profité de la passation de pouvoirs mardi pour d'ailleurs lancer un appel. Interrogée sur la manière dont il fallait désormais l'appeler, elle a répondu qu'il fallait qu'elle "y réfléchisse" (vidéo ci-dessous). "D'ailleurs, si quelqu'un a des idées, je suis preneuse !" Avis aux amateurs, donc.

 
Un couple présidentiel non marié : une première

La deuxième particularité de Valérie Trierweiler, c'est donc son statut marital. Elle est en effet la première compagne de Président à pénétrer dans l'Elysée sans être marié au nouvel élu. Signe d'une évolution des mentalités, près de huit Français sur dix jugent peu important que le nouveau couple présidentiel ne soit pas uni par les liens du mariage, selon un sondage Harris Interactive pour VSD. Nicolas Sarkozy avait été, de son côté, le premier Président à divorcer durant son mandat.
  
Sur le plan diplomatique, Valérie Trierweiler a déjà balayé la question de savoir si son statut de concubine pouvait créer un problème. "Peut-être pour une visite chez le pape ?" mais "franchement, ce n'est pas du tout un aspect qui me soucie. Il y a bien d'autres choses qui peuvent m'inquiéter avant celle-là".
  
Outre le Vatican, où elle ne pourra sans doute pas effectivement être reçue hors mariage, la question protocolaire concernant la nouvelle Première dame pourrait se poser dans des pays très religieux et attachés aux principes comme l'Arabie Saoudite, l'Indonésie, voire l'Inde, mais sans certitude qu'elle se transforme en véritable enjeu.

Vendredi, elle sera aux Etats-Unis pour son premier déplacement à l'étranger au côté du nouveau chef de l'Etat. Le protocole met la dernière main à l'organisation de son emploi du temps, à Washington puis au G8 à camp David et au sommet de l'Otan à Chicago. Dans son entourage, on indique qu'elle devrait avoir un déjeuner vendredi avec l'épouse du président américain, Michelle Obama, à Washington. A Chicago, une visite dans une école et une autre à l'Art institute sont évoquées.
  
Elle aborde avec sérénité ce rôle d'ambassadrice. "Je connais assez bien le fonctionnement des voyages officiels, j'en ai fait beaucoup comme journaliste. Il y a eu des G8 où j'ai suivi le programme des femmes des chefs d'Etat", a-t-elle expliqué récemment.
  
Difficile de garder son métier

Sur le plan professionnel, elle va devoir aussi redéfinir la façon d'exercer son métier, et tirer un trait sur sa passion  le journalisme politique. "Je pense pouvoir continuer à faire du journalisme si je ne traite pas de l'actualité française, quelle qu'elle soit", a-t-elle confié au magazine Elle. "Piste" envisagée parmi d'autres, "des entretiens de personnalités étrangères".
  
Toujours salariée de l'hebdomadaire Paris-Match, où elle est entrée en 1989, et de la chaîne Direct 8, Valérie Trierweiler, issue d'une famille désargentée, a une obsession : garder son indépendance financière, et continuer à assumer la charge de ses trois garçons âgés de 15, 17 et 19 ans.

Valérie Trierweiler à l'Elysée : toutes les photos


Lire la suite
Nicolas Sarkozy Carla Bruni François Hollande
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7748169314
Les premiers pas de Valérie Trierweiler à l'Elysée
Les premiers pas de Valérie Trierweiler à l'Elysée
Les spécialistes de l'actu "people" pourraient appeler ça le syndrome "Pippa Middleton". Tout comme la sœur de Kate Middleton, qui avait attiré l'attention de bon nombre d'observateurs lors du mariage royal outre-Manche, la compagne de François Hollande a tenu un rôle non négligeable dans la cérémonie très solennelle de passation de pouvoirs mardi à l'Elysée.
https://www.rtl.fr/actu/les-premiers-pas-de-valerie-trierweiler-a-l-elysee-7748169314
2012-05-15 12:55:00