1 min de lecture Santé

Les personnes âgées consomment trop de somnifères et tranquillisants

Les personnes âgées de plus de 65 ans consomment trop de somnifères, tranquillisants ou neuroleptiques et souvent à mauvais escient, selon une vaste enquête menée par la Haute autorité de santé et rendue publique mardi. Généralement, ils ont recours à ces médicaments pour diminuer leur angoisse, ou encore pour s'endormir plus facilement. Mais cette surconsommation a des conséquences particulièrement graves chez les personnes âgées.

micro générique
La rédaction de RTL et Frédérique Prabonnaud

Un programme sur quatre ans a été lancé en 2007 par la HAS, visant à améliorer les pratiques de prescription et l'usage des médicaments psychotropes  par les personnes âgées. "La France est le premier pays au monde pour la consommation de psychotropes", a rappelé Armelle Desplanques, responsable de l'unité des programmes pilotes à la HAS.

Les psychotropes sont de plusieurs types: somnifères ou tranquillisants (essentiellement les benzodiazépines), antidépresseurs, ou encore neuroleptiques, qui réduisent les symptômes graves liés à certaines maladies comme la schizophrénie.
  
La HAS a réalisé un état des lieux chiffré -le premier du genre, selon elle-  en rassemblant les données fournies par les trois régimes différents de l'Assurance maladie (général, agriculteurs, indépendants). Sans aborder le cas des malades hospitalisés, elle a pu ainsi étudier le cas de 97% de la population française de plus de 65 ans, soit près de 10 millions de personnes.

Pour combattre l'insomnie, l'anxiété ou des affections y ressemblant, 32% des plus de 65 ans et près de 40% des plus de 85 ans se sont vu prescrire un hypnotique ou un anxiolytique entre septembre et décembre 2007, selon la HAS. "Il y a excès de prescription", estime le Dr Desplanques.
  
Selon elle, en matière d'insomnie, "il y a beaucoup de plaintes mais très peu sont avérées, et très peu nécessiteraient la prescription de somnifères, et  pas pour longtemps". Quant à l'anxiété, "les signes cachent souvent une dépression", estime la HAS, pour qui même en cas de "trouble anxieux caractérisé" la prescription de tranquillisants "n'est pas recommandée".

Lire la suite
Santé
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants