3 min de lecture Marine Le Pen

Jeanne, ce micro-parti au coeur des finances du Front National

DÉCRYPTAGE - Le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire sur le micro-parti de Marine Le Pen, Jeanne, et celui de Jean-Marie Le Pen, Cotelec. Retour sur les fonctions de ces structures dans le financement du Front National.

Marine Le Pen à La Haye le 13 novembre 2013.
Marine Le Pen à La Haye le 13 novembre 2013. Crédit : Martijn Beekman / AFP
studio-rtl
La rédaction numérique de RTL

Le micro-parti de Marine Le Pen est dans le viseur de la justice. Le parquet de Paris a ouvert en avril une enquête préliminaire sur le micro-parti Jeanne, a-t-on appris jeudi 21 novembre. Cette enquête, révélée par Mediapart, a été confiée à la Brigade financière de la police judiciaire parisienne et porte aussi sur le micro-parti de Jean-Marie Le Pen, Cotelec.

Selon une source judiciaire, l'enquête a démarré après une "dénonciation" de la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP). Cette dernière n'a pas souhaité apporter des précisions. Une chose est sûre, c'est que ces structures ont un rôle important dans le fonctionnement financier du Front National. Tour d'horizon des fonctions de ces micropartis d'extrême-droite.

Contourner les limites du financement

La structure Jeanne a été lancée en novembre 2010. Elle est dirigée par des proches de Marine Le Pen, dont le nom n'apparait nulle part dans les statuts du microparti. La présidente du FN n'est pas la seule à disposer de ce type de structure, l'UMP et le PS ont recours à la même pratique pour financer les campagnes.

En effet, avoir un microparti permet de contourner la loi sur le financement de la vie politique. Si un particulier n'a pas le droit de faire un don de plus de 7.500 euros par an à un même parti, il peut actuellement le faire à autant de partis qu'il le veut. Cela permet donc de multiplier les sources de donations.

À lire aussi
Emmanuel Macron et Xavier Bertrand le 15 février 2016 élection présidentielle
Présidentielle 2022 : "L'affiche a commencé à se dessiner", analyse Olivier Bost

Cotelec, fondé par Jean-Marie Le Pen en 1988, a ainsi drainé 2,3 millions d'euros de dons entre 2003 et 2010, selon Paris Match. Mais Jeanne n'a reçu que 11.500 euros en 2011 et 5.500 euros l'année suivante, selon une enquête de Mediapart. D'où cette interrogation : quelle est sa véritable mission ?

Jeanne et Cotelec, sauveteurs d'un parti au bord de la banqueroute

Une autre fonction des micropartis est connue depuis plusieurs années : ces structures ont permis de contracter des prêts à des banques à une époque où le FN, croulant sous les dettes, ne pouvait emprunter dans des conditions avantageuses.

Le mandataire financier de Jeanne, Steeve Briois, l'a confirmé au site Owni en 2011. "Jeanne a réuni des fonds, notamment des prêts bancaires, à l'époque où le Front national ne pouvait pas le faire", affirmait-il. "Les micro-partis qui ont sauvé le FN de la banqueroute", titrait ainsi le Figaro en décembre 2012.

Des "organes de prêts" générateurs de juteux profits

Mais les micropartis ne se contentent pas de contracter des prêts, ils ont eux-même prêté de l'argent à des candidats FN. L'enquête actuellement en cours porte notamment sur les prêts accordés par Jeanne et Cotelec à des candidats frontistes lors des cantonales de 2011 et des législatives de 2012.

Selon Mediapart, Jeanne et Cotelec ont accordé des prêts à des candidats à des "taux particulièrement élevés de 6,5 % ou 7 %". Cela leur a permis de générer de juteux intérêts….qui ont été déclarés dans les comptes de campagne comme des "frais financiers" dans la catégorie des dépenses "remboursables" par l’État. 

"La CNCCFP a validé les comptes de Jeanne sans aucune remarque et les comptes de campagne des candidats qui ont bénéficié des prêts ont tous été validés sans aucune remarque", se défend Marine Le Pen. En réalité, en 2012, la CNCCFP a bien validé les comptes de sa campagne présidentielle mais elle a rejeté les prêts accordés à des candidats par Cotelec et Jeanne. La commission a jugé qu'ils avaient été accordés "sur leurs fonds propres et sans recourir à un organisme bancaire". À ce titre, 254.430 euros d'intérêts d'emprunts avaient été retirés du compte de campagne.

Une manière de financer discrètement un ancien leader du GUD ?

Selon Mediapart, Jeanne a par ailleurs généré des profits grâce à la commercialisation de kits de campagne électorale (affiches, tracts, photos...) à destination des candidats FN pour les cantonales de 2011 et les législatives de 2012. Vendus plusieurs centaines voire milliers d'euros, ces kits sont même devenus "obligatoires" pour de nombreux candidats en 2012, selon Mediapart. Résultat, Jeanne a vendu 8.917.082 euros de matériel électoral cette année-là.

Mais c'est surtout pour l'entreprise qui fournit ces kits que l'affaire a été très lucrative. Et cette entreprise n'est autre que la société Riwal, dirigée par Frédéric Chatillon, ancien leader du Gud, le syndicat étudiant d'extrême-droite. Ce personnage controversé, soutien de Bachar Al-Assad en Syrie, est officiellement privé de poste au FN. Mediapart le décrit toutefois comme un "conseiller de l'ombre" de Marine Le Pen. Le rôle du microparti Jeanne aurait pu être, entre autres, de rémunérer discrètement ce proche un peu encombrant dans la stratégie de dédiabolisation du FN.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Marine Le Pen Info
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7767112139
Jeanne, ce micro-parti au coeur des finances du Front National
Jeanne, ce micro-parti au coeur des finances du Front National
DÉCRYPTAGE - Le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire sur le micro-parti de Marine Le Pen, Jeanne, et celui de Jean-Marie Le Pen, Cotelec. Retour sur les fonctions de ces structures dans le financement du Front National.
https://www.rtl.fr/actu/les-multiples-fonctions-des-micropartis-des-le-pen-7767112139
2013-11-21 19:45:41
https://cdn-media.rtl.fr/cache/Bez607hG5FiQLvdz2oq-5Q/330v220-2/online/image/2013/1116/7766888258_marine-le-pen-a-la-haye-le-13-novembre-2013.jpg