1 min de lecture Économie

Les magasins Surcouf sont à vendre

Le groupe de distribution high-tech Surcouf, en redressement judiciaire depuis fin février, est désormais entièrement à vendre, après l'échec d'un projet de cession de trois de ses magasins. La "dégradation du chiffre d'affaires, affectant directement la trésorerie, additionnée à la non-réalisation des cessions partielles, nécessite de mettre en place une procédure de cession totale de l'entreprise, validée par le tribunal de commerce ce mercredi", a expliqué l'enseigne, propriété de Hugues Mulliez.

micro générique
La rédaction de RTL et Florence Cohen

L'enseigne hi-tech Surcouf, en redressement judiciaire, mise en vente 

Le groupe avait d'abord envisagé la cession de trois de ses magasins à Paris (Haussmann), Bordeaux (Mérignac) et Lille (Molinel).

Mais "malgré de nombreux contacts et échanges avec de potentiels repreneurs, le délai court imparti et la complexité des cessions de baux n'ont pas permis de répondre à nos attentes notamment en terme de préservation d'emplois", a expliqué Hugues Mulliez dans le communiqué.

"Cette opération de cession de l'entreprise a pour objectif de faire réussir le projet Surcouf en choisissant le meilleur repreneur pour l'entreprise", a ajouté M. Mulliez, se disant convaincu que "le concept Surcouf a sa place dans le paysage de la distribution de produits technologiques".

Jusqu'au 5 juillet pour formuler une offre

Les repreneurs ont jusqu'au 5 juillet pour formuler leurs offres qui seront étudiées le 26 juillet par le tribunal de commerce de Lille, selon le groupe.

"Au niveau des syndicats, on a toujours dit, quand on a eu la cessation de paiement et le redressement judiciaire, qu'il valait mieux vendre la totalité. Nous ne sommes pas enchantés, mais nous trouvons cette décision logique", a réagi Olivier Chagnoux, représentant CFE-CGC et secrétaire du comité d'entreprise.

"On attend un repreneur qui ait des idées, de l'argent et un management efficace pour faire durer Surcouf", a-t-il ajouté.

Hugues Mulliez, qui gère également les magasins Youg's et dont la famille a créé le groupe Auchan, avait racheté l'entreprise au groupe PPR (Pinault Printemps Redoute) en 2009.

"J'ai toujours investi pour changer le projet et l'adapter à un nouveau concept qui permet de vendre à un prix web (du fait du lien direct entre le site internet et les magasins, ndlr) et qui à ce jour n'a pas pu faire ses preuves faute d'approvisionnement", a déclaré à l'AFP Hugues Mulliez.

"Il faut donner la chance au projet", a-t-il plaidé, ajoutant qu'il mettrait sa "position individuelle toujours en arrière-plan".

Le groupe avait été placé en redressement judiciaire le 29 février, à la suite de la rupture du crédit-fournisseur dont il bénéficiait.

En 2010, il avait affiché une perte nette de 20 millions d'euros pour un chiffre d'affaires de 160 millions d'euros, conduisant à la mise en oeuvre d'un plan social et à la fermeture de deux de ses magasins.

La société, dont le siège est à Lille, emploie près de 500 personnes.

Lire la suite
Économie Social Informatique
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants