1 min de lecture Nicolas Sarkozy

Le vice-Premier ministre turc accuse Nicolas Sarkozy

Le vice-Premier ministre turc, Ali Babacan, a accusé dimanche le président français Nicolas Sarkozy d'avoir manqué à sa promesse selon laquelle le Parlement français ne voterait pas une loi sanctionnant la négation du génocide arménien. Nicolas Sarkozy avait fait cette promesse au président turc Abdullah Gul et au Premier ministre Recep Tayyip Erdogan, a précisé Ali Babacan.

Le ministre des Finances, François Baroin, accueille le vice-Premier ministre turc, Ali Babacan avant la réunion du G7 à Marseille le 10 septembre 2011
Le ministre des Finances, François Baroin, accueille le vice-Premier ministre turc, Ali Babacan avant la réunion du G7 à Marseille le 10 septembre 2011 Crédit : AFP / Gérard Julien
micro générique
La rédaction numérique de RTL

"J'ai entendu personnellement cette promesse au cours des rencontres que nous avons eues. Que s'est-il passé la semaine dernière? Où est passée la promesse?", a lancé le vice-Premier ministre turc, Ali Babacan.

Dimanche, le site Internet de la députée UMP à l'origine de cette proposition de loi, Valérie Boyer, a été piraté par des militants pro-Turquie. Le contexte demeure très tendu sur ce sujet entre les deux pays.

Les députés français ont adopté jeudi dernier une loi pénalisant le déni du génocide perpétré par l'Empire Ottoman en 1915 contre les Arméniens. La Turquie a aussitôt annoncé la suspension de sa coopération politique et militaire avec Paris.

"(Tenir) une promesse est très important en politique. Lorsqu'une promesse est faite par un homme d'Etat, elle lie l'Etat et le pays", a souligné le vice-Premier ministre turc.

Le chef de la diplomatie turque Ahmet Davutoglu avait déjà assuré mercredi que le président Sarkozy avait promis à M. Erdogan d'abandonner son projet de sanctionner la négation de l'ensemble des génocides, dont celui contre l'Arménie en 1915, qui, selon les Arméniens, avait fait plus de 1.500.000 morts dans l'Empire Ottoman.

"Je suis réellement surpris car le président Sarkozy avait promis au Premier ministre Erdogan, par l'intermédiaire de son conseiller diplomatique, Jean-David Lévitte, qu'il s'engagerait à abandonner cette initiative et qu'il s'y opposait", avait déclaré M. Davutoglu dans une interview au quotidien Le Monde.

La France a reconnu en 2001 comme étant un génocide les massacres de 1915. Jeudi l'Assemblée Nationale française a fait un pas de plus en promulguant une loi qui punit d'une peine de prison et d'une amende de 45.000 euros quiconque nierait, en France, que ces massacres étaient un génocide.

Cette loi doit être ratifiée par le Sénat avant d'entrer en vigueur.

(avec AFP)

Lire la suite
Nicolas Sarkozy Ali Babacan Recep Tayyip Erdogan
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants