1 min de lecture Banlieue

Le Qatar aide les banlieues françaises à coups de millions

Le Qatar a créé un fonds d'investissement de 50 millions d'euros pour financer des projets économiques portés par des habitants des banlieues de France, a annoncé jeudi soir son ambassadeur à Paris, Mohamed Jahan Al-Kuwari. Devant un dizaine d'élus locaux des quartiers, tous originaires du Maghreb, il a expliqué que ce fonds était une avance, et pouvait éventuellement être augmenté dans l'avenir. Ces élus (cinq hommes et cinq femmes) se sont rendus il y a un mois au Qatar dans l'espoir de nouer des liens économiques entre le riche émirat et les quartiers populaires, où des entrepreneurs se disent victimes de discrimination et bloqués. Ils ont été reçus par l'émir cheikh Hamad ben Khalifa Al Thani, sans grand espoir d'être entendus. Et pourtant...

50 millions d'euros pour favoriser l'emploi dans les banlieues

"Tout le monde était content de vous voir : l'émir, le Premier ministre, le ministre du Commerce", a expliqué Mohamed Jahan Al-Kuwari, l'ambassadeur du Qatar à Paris, Mohamed Jahan Al-Kuwari. "Vous avez représenté la France de façon très moderne. Vous avez donné une très bonne image des Français d'origine arabe", a-t-il insisté.

De leur côté, les élus ont affirmé avoir été "impressionnés" par l'accueil "digne de chefs d'Etat".

S'expliquant sur le fonds de 50 millions d'euros, le diplomate a averti que "ce n'est pas une aide, ce n'est pas de la charité". "Il faut des projets sérieux dans tous les domaines, des projets raisonnables, solides et à long terme".

"J'espère que, bientôt, on va monter ce partenariat qui va servir la relation entre le Qatar et la France", un pays "stratégique" et "très important pour nous", a souhaité l'ambassadeur. "Les Français d'origne arabe peuvent nous aider dans notre partenariat avec la France".

M. Al-Kuwari a déclaré qu'une équipe de "professionnels" a été installée à l'ambassade pour recevoir les entrepreneurs et évaluer la pertinence de leurs projets.

En réponse, les élus ont décidé de réunir "rapidement" les membres de leur réseau, d'intervenir auprès de la Confédération générale des Petites et Moyennes Enntreprises (CGPME) et de "tous les acteurs de banlieue qui travaillent sur ce sujet", selon Kamal Hamza, président de l'association d'élus.

S'agissant de l'emploi, ces élus ont proposé de recueillir les CV des jeunes de banlieue qui souhaitent travailler au Qatar. Ils ont demandé "un coup de pouce" de l'ambassadeur à ceux qui souhaiteraient travailler en France dans les entreprises où le Qatar est actionnaire.

Lire la suite
Banlieue Argent Qatar
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants