1 min de lecture Société

Le Conseil des ministres met en orbite le contrat de génération

Un dispositif et un double enjeu. Le contrat de génération, qui a passé le cap du Conseil des ministres mercredi, a pour objectif de faciliter l'embauche des jeunes en CDI et le maintien dans l'emploi des séniors. Pendant trois ans, les plus anciens de l'entreprise vont transmettre leur savoir aux jeunes embauchés. Une prime de 2.000 euros sera délivré par l’État aux entreprises de moins de 300 salariés pour les inciter à embaucher un jeune et conserver un salarié plus âgé.

245 _TASSART
Bénédicte Tassart
et Frédéric Perruche

Coût : "près de un milliard d'euros par an"

"Le texte adopté ce matin est en cohérence avec l'engagement du candidat Hollande et l'ensemble des priorités de l'action gouvernementale", a déclaré le ministre du Travail Michel Sapin devant la presse. Ce nouveau dispositif devrait coûter à l'Etat "près d'un milliard d'euros" par an quand le dispositif aura atteint son régime de croisière, en 2016, selon un document du ministère du Travail.

En 2013, première année de la mise en place de ce dispositif, l'investissement de l'Etat sera de l'ordre de 180 millions, selon ce document. Michel Sapin a précisé que "pour 2016, nous arrivons à un chiffre de l'ordre de 900 millions, ce coût est intégré par le gouvernement dans le financement global du pacte de compétitivité", car "c'est aussi une mesure de compétitivité et qui sera considérée comme telle".

Le chômage des moins de 25 ans est à un taux record de 24,2%


Pour avoir le droit à cette prime, ces entreprises ne devront pas avoir licencié au préalable. Ce système de prime ne marchera pas pour les entreprises de plus de 300 salariés. Elles seront en revanche pénalisées si elles ne jouent pas le jeu.

A la différence des emplois d'avenir lancés en novembre (ciblés sur les jeunes non qualifiés et le secteur non-marchand) , le dispositif s'adresse cette fois "à tous les jeunes et toutes les entreprises", avec l'ambition de 500.000 contrats d'ici à 2017.

Le chômage des moins de 25 ans est à un taux record de 24,2%, pour la première embauche, l'emploi précaire est la norme et un tiers sont toujours en CDD ou intérim trois ans après. Quant aux aînés, moins touchés par le chômage (6,9%), l'enjeu est d'éviter un licenciement car rebondir ensuite est très difficile.

Les modalités du dispositif ont été discutées avec les organisations patronales et syndicales. Le gouvernement a repris une bonne partie de leur accord signé en octobre.

Le projet gouvernemental de contrats de génération

Lire la suite
Société Économie Social
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants