1 min de lecture Faits divers

Landes : huit militants anti-corrida blessés

Huit militants anti-corrida auraient été blessés, dont un gravement, par les gendarmes qui les ont évacués d'une arène lors d'une novillada.

micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Huit militants anti-corrida ont été blessés, dont un gravement, samedi lors d'une évacuation par les gendarmes, selon ces militants, alors qu'une centaine d'entre eux avaient envahi les arènes de Rion-des-Landes (Landes) où se tenait une novillada.

Lors de cette action organisée conjointement par Animaux en péril, le CRAC Europe et la Fondation Brigitte Bardot, les militants ont acheté des billets pour prendre place dans les tribunes. Avant le début de la novillada - une corrida avec mise à mort opposant de jeunes taureaux à de jeunes toreros - ils sont conjointement descendus dans l'arène pour former une chaîne humaine tandis que d'autres allumaient des fumigènes.

Les gendarmes sont alors intervenus pour les déloger des arènes et "toutes les blessures sont dues aux membres des forces de l'ordre, il n'y a eu aucun contact avec les aficionados", a assuré Christophe Marie, porte-parole de la Fondation Brigitte Bardot, qui s'est dit "éberlué par cette violence".

"Le colonel-chef de la gendarmerie veut savoir qui est à l'origine des violences, sans doute des responsables des arènes sont intervenus de manière violente", a pour sa part indiqué Jean-Pierre Garrigues, vice-président du CRAC Europe (Comité Radicalement AntiCorrida). Les pompiers des Landes ont dénombré huit blessés, dont un plus gravement pour un traumatisme crânien qui a été évacué par hélicoptère.

À lire aussi
Une personne âgée (illustration) Seine-Maritime
Seine-Maritime : une octogénaire meurt dans un Ehpad après avoir bu du détergent

Après avoir été évacués des arènes, les manifestants se sont ensuite dirigés vers le camion qui abritait les jeunes taureaux et c'est à ce moment, selon Christophe Marie, que le manifestant gravement blessé "a été projeté par les gendarmes". La novillada s'est ensuite terminée et les militants anti-corridas, restés à l'extérieur des arènes ont effectué, selon Jean-Pierre Garrigues, "un sit-in pour empêcher les aficionados de sortir". "La corrida devient un trouble à l'ordre public. Nous ne lâcherons rien, les militants seront partout et motivés pour faire cesser ces massacres", a-t-il dit.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Faits divers Info
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants