2 min de lecture Faits divers

La "Tatie Danielle" du Poitou sommée de quitter sa maison de retraite

REPORTAGE - À l'instar du film d'Étienne Chatiliez, une septuagénaire est devenue le cauchemar de sa maison de retraite près de Niort. Au point qu'elle est désormais priée de trouver un autre établissement.

Une pensionnaire d'une maison de retraite
Une pensionnaire d'une maison de retraite Crédit : AFP / Archives
studio-rtl
La rédaction numérique de RTL
et Christian Panvert

À Coulonges, dans le Poitou-Charentes, à une vingtaine de kilomètres de Niort, l'établissement d'hébergement pour personnes âgées et dépendantes (Ehpad) est le théâtre d'une histoire qui n'a rien à envier à celle de Tatie Danielle, le film d'Etienne Chatiliez.

Dans le rôle de la grand-mère acariâtre se pose Nicole Perrou. À 70 ans et du haut de son 1.60m, cette ancienne dactylo a vu son contrat de séjour résilié par la maison de retraite. En cause, son comportement tyrannique qui terrorise le personnel et les résidents de l'établissement.

Trois mois pour quitter l'établissement

La Rochelaise de naissance a reçu il y a une dizaine de jours un recommandé au contenu sans-appel : Nicole Perrou a trois mois pour quitter l'établissement. "Quand la maltraitance provient d'un élément qui terrorise les autres, on se doit de faire quelque chose. Et pour moi, la maltraitance commence à la maltraitance du personnel", explique Christian Bonnet, le directeur de l'Ehpad et maire de Coulonges. Pour autant, il assure qu'elle ne sera pas livrée à elle-même et qu'une solution humaniste sera trouvée.

De son côté, la Tatie Danielle du Poitou assume son caractère bien trempé. Lors d'un déjeuner récent par exemple, elle a brisé une assiette. Une scène de violence qui aurait motivé la direction de l'établissement à sanctionner la pensionnaire. "Ah ! J'ai cassé des assiettes !", s'exclame-t-elle. "J'ai cassé une assiette sur la table parce que je l'ai tapée un peu fort. Mais si elle n'était pas fêlée, elle ne se serait pas cassée", corrige la septuagénaire.

Ils n'ont pas de motif valable pour m'expulser. Je vais faire une demande d'aide judiciaire

Nicole Perrou, une pensionnaire priée de quitter la maison de retraite de Coulonges
Partager la citation
À lire aussi
Un gendarme (illustration) Clermont-Ferrand
Clermont-Ferrand : un homme écroué pour avoir voulu s'en prendre à 80 policiers et gendarmes

Aussi, la faire quitter l'établissement ne sera pas une mince affaire. Car la retraitée n'en démord pas : "J'y suis, j'y reste !", lance-t-elle. "Ils n'ont pas de motif valable pour m'expulser. Je vais faire une demande d'aide judiciaire", explique-t-elle. Pour sa défense, la Rochelaise, déjà passée par deux autres maisons de retraite, assure être la cible d'insultes régulières de la part d'une autre résidente.

>
La "Tatie Danielle" du Poitou sommée de quitter sa maison de retraite Crédit Média : Christian Panvert | Durée : | Date :
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Faits divers Info Société
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7765321912
La "Tatie Danielle" du Poitou sommée de quitter sa maison de retraite
La "Tatie Danielle" du Poitou sommée de quitter sa maison de retraite
REPORTAGE - À l'instar du film d'Étienne Chatiliez, une septuagénaire est devenue le cauchemar de sa maison de retraite près de Niort. Au point qu'elle est désormais priée de trouver un autre établissement.
https://www.rtl.fr/actu/la-tatie-danielle-du-poitou-sommee-de-quitter-sa-maison-de-retraite-7765321912
2013-10-09 11:32:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/HINwngMIJMqJ0QdpEwY7TA/330v220-2/online/image/2013/1009/7765323602_une-pensionnaire-d-une-maison-de-retraite.jpg