1 min de lecture Michel Sapin

La sécurisation de l'emploi "permettra d'éviter des licenciements" assure Michel Sapin

DOCUMENT RTL - Le projet de loi sur la sécurisation de l'emploi arrive à l'Assemblée nationale ce mardi. Contesté par une partie de la gauche et du PS, il permettra d'éviter des licenciements, assure le ministre de l'emploi Michel Sapin au micro de Jean-Michel Aphatie.

Michel Sapin, ministre du Travail
Michel Sapin, ministre du Travail Crédit : RTL

Michel Sapinne cherche pas à séduire la droite
Interrogé sur RTL, Michel Sapin salue  "une petite révolution dans une France qui n'est pas habituée à faire des réformes sans confrontation", rappelant que ce texte avait été signé le 11 janvier en accord avec le patronat (Medef, CGPME, UPA) et trois syndicats (CFDT, CFTC, CFE-CGC). Il a invité les opposants au projet de loi à ne pas "être dans la contestation et la confrontation" en permanence et a assuré ne pas chercher les votes de l'opposition. "C'est par la négociation et les compromis qu'on avance", a-t-il souligné, ajoutant que désormais les entreprises, au lieu de licencier directement, étudieront avec les organisations syndicales "comment utiliser d'autres méthodes"

Un texte qui divise
Arraché après trois mois de négociations, ce texte accorde de nouveaux droits pour les salariés (droits rechargeables au chômage,(accès élargi aux mutuelles, ...) mais aussi plus de flexibilité pour les employeurs. Les contestations de licenciement seront prescrites après 2 ans (3 ans pour les litiges sur les salaires). Par ailleurs, l'entreprise pourra "privilégier", dans "l'ordre des licenciements" économiques, la "compétence professionnelle".

> Lire l'intégralité du projet de loi sur le site de l'Assemblée nationale.
> Lire : "Patronat/syndicats : que contient l'accord ?"


André Chassaigne fait front contre le texte
Le texte fait particulièrement froncer les sourcils de plusieurs personnalités de gauche comme André Chassaigne, président du groupe Front de Gauche (FG). Dans un entretien publié mardi par "L'Humanité", il annonce avoir préparé 4.500 amendements contre l'accord national interprofessionnel (ANI). "Ce texte porte un coup très dur à toutes l'organisation sociale de notre pays, met en cause l'ensemble de l'architecture de la protection des salariés et joue contre l'emploi", estime-t-il, demandant le "retrait total du texte.

Lire la suite
Michel Sapin Emploi Info
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants