1 min de lecture François Hollande

La reconnaissance du massacre d'octobre 1961 crée la polémique

La reconnaissance, mercredi par François Hollande, de la responsabilité de la France dans le massacre d'indépendantistes algériens à Paris en 1961 a donné lieu à une polémique déclenchée par Christian Jacob. Pour le président du groupe UMP à l'Assemblée nationale, "il est intolérable de mettre en cause la police républicaine et avec elle la République toute entière". Quant au président d'honneur du FN, Jean-Marie Le Pen, il a lancé sur RTL un "de Quoi je me mêle !" à l'attention du chef de l'Etat.

Pour le chef de file des députés UMP, Christian Jacob, il est "intolérable de mettre en cause la police républicaine"
Pour le chef de file des députés UMP, Christian Jacob, il est "intolérable de mettre en cause la police républicaine" Crédit : AFP / Archives, Kenzo Tribouillard
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et Olivier Geay

"Intolérable de mettre en cause la police républicaine"

François Hollande a officiellement reconnu mercredi au nom de la République la "sanglante répression" des manifestations d'Algériens le 17 octobre 1961 à Paris, rompant avec un silence de cinquante-et-un ans de l'Etat sur les événements.

Le porte-parole du PS David Assouline a salué les "mots forts" du Président, qui "en brisant le silence qui entretient les blessures, permet de renforcer toutes celles et ceux qui luttent jour après jour pour un avenir apaisé et de fraternité".

"Culpabilité permanente"


Le chef de file des députés UMP Christian Jacob a au contraire rejeté les déclarations de François Hollande. "S'il n'est pas question de nier les événements du 17 octobre 1961 et d'oublier les victimes, il est intolérable de mettre en cause la police républicaine et avec elle la République toute entière", a-t-il dit. "Le Président de la République doit préciser si son simple et très court communiqué vaut reconnaissance de la responsabilité de la France", a-t-il ajouté.

Plus mesuré, son collègue député Xavier Bertrand a jugé que François Hollande devait "s'expliquer davantage" car "il faut qu'il soit totalement clair, ce qu'il n'est pas", sur un sujet mémoriel propre à la controverse.

Jeudi matin, l'ancien Premier ministre François Fillon s'est élevé contre "la culpabilité permanente" assénée dans une France "en dépression nerveuse quasi permanente".

"Pas plus monsieur Chirac que monsieur Hollande n'ont autorité pour reconnaître la culpabilité ou l'innocence de la France"
, a lancé sur RTL Jean-Marie Le Pen (FN) dans une allusion à la reconnaissance officielle, dans les années 90, de la responsabilité de l'Etat dans la déportation de juifs sous Vichy.

Le reportage de France 2 sur la "rafle" du 17 octobre 1961


DIAPORAMA : comprendre la guerre d'Algérie en 3 minutes
(cliquez sur l'image pour découvrir le diaporama)
VIDEO : comprendre la guerre d'Algérie en 3 minutes

DIAPORAMA : L'Algérie, aujourd'hui
(cliquez sur l'image pour découvrir le diaporama)
Carte de l'Algérie

Lire la suite
François Hollande Algérie Diplomatie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants