1 min de lecture Société

La lutte contre les violences faites aux femmes, "grande cause nationale 2010" (vidéo)

"La grande cause nationale de 2010 sera la lutte contre les violences faites aux femmes", a confirmé mercredi François Fillon. Le Premier ministre a notamment annoncé un renforcement du cadre juridique de protection des victimes et la création d'un délit de "violences psychologiques" au sein du couple avant l'été prochain, ainsi que l'expérimentation du bracelet électronique pour contrôler l'éloignement du conjoint violent.

Xavier Yvon et Olivier Geay

Voir le discours de François Fillon (avec notre partenaire Public-Sénat, la chaîne d'information politique) :




"En matière civile, il faut d'abord répondre à l'urgence des situations en protégeant les femmes en danger", a souligné le Premier ministre, lors d'un discours prononcé à Matignon devant des représentants d'associations, à l'occasion de la Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes. "Afin qu'elles bénéficient sans délai de mesures de protection, un régime juridique de référé-protection va être créé".

"En matière pénale, le délit de violences psychologiques au sein du couple va être consacré par le législateur", a-t-il poursuivi, précisant que l'ensemble de ces modifications interviendront "avant l'été 2010". Le gouvernement "est prêt à examiner les façons d'assurer un meilleur encadrement pénal du mariage forcé", a aussi assuré François Fillon. "Sur la base de l'exemple espagnol, nous allons lancer l'expérimentation d'un dispositif de surveillance électronique pour contrôler l'effectivité de la mesure d'éloignement du conjoint violent", a ajouté le Premier ministre. Ce test du bracelet électronique démarrera dès le début de l'année prochaine, a-t-il indiqué.

Plusieurs députés ont présenté dans la matinée une proposition de loi pour lutter contre les violences faites aux femmes, prévoyant notamment la création d'une "ordonnance de protection". Celle-ci vise à "protéger, en urgence, les personnes qui sont  en situation de danger" - elle "interviendra donc en amont du dépôt de plainte". La procédure d'éviction du conjoint violent pourrait aussi être étendue couples pacsés.

En France, une femme meurt tous les deux jours et demi sous les coups de son compagnon. Les chiffres font froid dans le dos, mais tous les ans, ce sont près de 150 femmes qui décèdent victimes de violences conjugales dans l'Hexagone. Ce 25 novembre, c'est la Journée mondiale pour l'élimination des violences à l'égard des femmes. Celles qui décident de quitter leur conjoint se retrouvent souvent sans ressources, sans logement, et menacée de nouvelles violences.

Certaines victimes trouvent refuge dans des centres d'accueil spécialement conçues pour elles. L'association Aurore par exemple en gère trois à Paris. Visite du plus récent, ouvert en 2007. Il accueille en ce moment 16 femmes et 18 enfants. Elles peuvent rester le temps qu'elles souhaitent pour refaire leur vie. Par manque de place, ce foyer refuse trois demandes sur quatre...

Ecouter aussi : Le docteur Emmanuelle Piet "face aux auditeurs" de RTL

Le site Internet spécial du gouvernement : http://www.stop-violences-femmes.gouv.fr/

***En République Démocratique du Congo, le viol est utilisé comme une arme depuis des années. Les violences sexuelles permettent de "souiller" la race de l'ennemi et d'entamer son moral. 

Médecins Du Monde encourage des associations locales à écouter et aider les victimes de ces atrocités, tout en essayant d'inciter les autorités du pays à lutter avec énergie contre ce fléau.
Le site de Médecins du Monde à Goma

Pour suivre RTL sur Twitter :
http://twitter.com/RTLFrance

Le groupe RTL sur Facebook :
http://www.facebook.com/RTL

Lire la suite
Société Violence Gouvernement
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants