1 min de lecture Faits divers

La France a réduit son déficit public plus que prévu en 2011

Le déficit public de la France s'est élevé à 5,2% du produit intérieur brut en 2011 (-103,1 milliards d'euros), soit moins que l'objectif de 5,7% du gouvernement, selon les premiers résultats des comptes nationaux publiés vendredi par l'Insee. "La France a fait beaucoup mieux (que les 5,7% prévus) grâce aux efforts des Français", a souligné Nicolas Sarkozy, en soulignant que son rival socialiste François Hollande avait déclaré, lors de la présentation du projet de loi de finances 2011, que cet objectif était "inatteignable". La dette publique, elle, s'élevait à 85,8% du PIB fin 2011, soit 1717,3 milliards d'euros.

Le ministère des Finances à Bercy
Le ministère des Finances à Bercy Crédit : AFP / Archives
micro générique
La rédaction de RTL et Bénédicte Tassart

Le chiffre du déficit public pour 2011 a régulièrement été revu à la baisse depuis le vote de la loi de finances initiale. A la mi-mars, le ministre de l'Economie François Baroin avait estimé qu'il pourrait s'établir à 5,3%.

Cela signifie "que les engagements que j'ai pris, si les Français me font confiance, d'être à 3% en 2013 seront tenus et à 0% en 2016, ce sera tenu", a indiqué Nicolas Sarkozy.

Le déficit public, qui agrège les comptes de l'Etat, des collectivités locales et des administrations de sécurité sociale, s'était établi à 7,1% du PIB en 2010 (-137,0 milliards d'euros).
Dette et déficits : les derniers chiffres de l'Insee

Le gouvernement et les deux principaux candidats à l'élection présidentielle, le socialiste François Hollande et le président sortant Nicolas Sarkozy, se sont engagés à le réduire à 4,5% fin 2012 et 3,0% - la limite du pacte de stabilité européen - fin 2013.

Le taux de prélèvements obligatoires a augmenté de 1,3 point à 43,8% du PIB, sous l'effet de la hausse des impôts (+7,8%).

Les dépenses continuent de décélérer, elles croissent de 2,1%, soit un rythme plus faible que l'évolution du PIB en valeur, après +2,3% en 2010. Les recettes augmentent de 5,9%, après +3,3% en 2010.

L'évolution des finances publiques est cruciale pour la France, déjà privée de son précieux AAA par Standard and Poor's et dont la note souveraine est placée en "perspective négative" par les trois principales agences. Ses coûts d'emprunt sur les marchés financiers pourraient augmenter, ce qui rendrait l'effort de redressement des comptes encore plus important.

Lire la suite
Faits divers Dette Économie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants