1 min de lecture Transports

L'évocation d'une prime de 400.000 euros pour l'ancien patron provoque l'émoi chez Air France

Le syndicat Unsa aérien, le deuxième plus important au sein de l'entreprise Air France, a tenu à montrer son dégoût quant à l'évocation d'une prime de 400.000 euros pour l'ancien directeur, Pierre Henri-Gourgeon, remercié en octobre. Ce chèque pour "non-concurrence" doit être validé, ou non, lors de l'assemblée générale des actionnaires du 31 mai. Depuis, il a monté sa propre entreprise de conseil et travaille actuellement sur la future liaison ferroviaire entre Paris et l'aéroport de Roissy. Air France doit économiser 2 milliards d'euros sur 3 ans. Les salaires ont été gelés. 5.000 emplois devraient être supprimés d'ici 2015.

L'ancien patron d'Air France-KLM, Pierre-Henri Gourgeon
L'ancien patron d'Air France-KLM, Pierre-Henri Gourgeon Crédit : AFP / E.Piermont
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et Bénédicte Tassart

Contexte tendu

Dans un communiqué, l'Unsa aérien "dénonce énergiquement le versement scandaleux d'une prime de 400.000 euros à son ancien directeur général". Le montant de cette prime doit être soumis aux actionnaires le 31 mai. Le syndicat note que si ce montant arrivait sur le compte de Monsieur Gourgeon, sa rémunération globale atteindrait 2,2 millions d'euros pour 6,5 mois de travail (du 1er avril 2011 au 17 octobre 2011).

"Sur fond de crise grave et dans un contexte de résultats dégradés depuis plusieurs années, l'Unsa, deuixième syndicat de l'entreprise, appelle l'ensemble des actionnaires, salariés et institutionnels ainsi que l'Etat (qui détient 17% du capital) à refuser catégoriquement cette proposition indécente", écrit le syndicat.

"Qui peut concevoir que l'on demande d'un côté des efforts financiers aux salariés de la compagnie (blocage des salaires sur deux ans) et d'autre part verser à un ex grand patron, qui a échoué dans sa mission, une somme aussi colossale", conclut le texte.

L'Unsa en appelle à l'Etat, actionnaire du groupe

L'Etat possède près de 16% du capital de la société. L'Unsa lui demande, comme aux autres actionnaires, de ne pas voter l'attribution de cette prime. "Cette prime est légale", a juste répondu Alexandre de Juniac, PDG d'Air France.

Pierre-Henri Gourgeon a démissionné de la tête d'Air France-KLM en octobre dernier.

En février 2012, l'ex-dirigeant de la compagnie avait déjà été au centre d'une polémique au sujet de billets à tarifs très réduits en classe business pour l'île Maurice pour lui, sa femme et deux autres personnes.

M. Gourgeon avait finalement renoncé à profiter de ces billets face à l'émoi provoqué au sein du personnel, auquel de gros efforts sont demandés.

Lire la suite
Transports Avions Social
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants