1 min de lecture Industrie

L'Etat français négocie la reprise partielle de Florange, les salariés sonnés

Redoutée de longue date, la fermeture des hauts fourneaux de Florange semble se préciser. C'est "Libération" qui l'affirme dans son édition du jour. La direction d'ArcelorMittal reste muette pour le moment. Le gouvernement est en négociations avancées avec le groupe sidérurgiste en vue de la reprise d'une partie de son site mosellan. Les salariés, sur le grill depuis plus d'un an, attendent d'en savoir plus lundi avec la réunion d'un comité central extraordinaire. Autant dire que le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, était attendu comme jamais sur place dans l'après-midi.

Des travailleurs d'ArcelorMittal à Florange le 9 avril 2009
Des travailleurs d'ArcelorMittal à Florange le 9 avril 2009 Crédit : AFP / Archives, Jean-Christophe Verhaegen
Micro RTL
La rédaction de RTL et Samuel Goldschmidt

Selon le journal "Libération", ArcelorMittal a confirmé au gouvernement sa décision de fermer définitivement les deux fourneaux de Florange, à l'arrêt depuis juin et octobre 2011 et qui emploient 550 des 2.800 salariés du site.

Les négociations, entamées depuis trois semaines, portent sur la cession de la "filière chaude" de Florange - les hauts fourneaux et l'aciérie - pour un euro symbolique et avec un délai de plusieurs mois, le temps pour l'Etat français de trouver un repreneur, écrit le quotidien.

Ce délai pourrait être aussi mis à profit pour attendre la décision européenne sur l'éventuelle localisation à Florange du projet Ulcos de captation du carbone qui se dégage de l'aciérie pour le stocker sous terre afin de réduire les émissions de CO2.

ArcelorMittal, dont un autre site européen, celui de Liège, en Belgique, est également menacé de fermeture, s'est refusé à tout commentaire avant la réunion du CCE.

Le ministère du Redressement productif a confirmé la tenue de négociations avec ArcelorMittal "pour garantir l'avenir industriel de la totalité du site" de Florange, qui comprend aussi des installations de transformation de l'acier. "Les négociations ont commencé il y a trois semaines et elles se poursuivent aujourd'hui", a indiqué une porte-parole.

Mais elle n'a pas voulu commenter l'information selon laquelle l'enjeu en était la reprise de Florange, où le ministre Arnaud Montebourg est attendu jeudi après-midi pour une réunion avec l'intersyndicale.
Le site industriel d'ArcelorMittal à Florange

Lire la suite
Industrie Économie Social
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7752911209
L'Etat français négocie la reprise partielle de Florange, les salariés sonnés
L'Etat français négocie la reprise partielle de Florange, les salariés sonnés
Redoutée de longue date, la fermeture des hauts fourneaux de Florange semble se préciser. C'est "Libération" qui l'affirme dans son édition du jour. La direction d'ArcelorMittal reste muette pour le moment. Le gouvernement est en négociations avancées avec le groupe sidérurgiste en vue de la reprise d'une partie de son site mosellan. Les salariés, sur le grill depuis plus d'un an, attendent d'en savoir plus lundi avec la réunion d'un comité central extraordinaire. Autant dire que le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, était attendu comme jamais sur place dans l'après-midi.
https://www.rtl.fr/actu/l-etat-francais-negocie-la-reprise-partielle-de-florange-les-salaries-sonnes-7752911209
2012-09-27 12:46:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/z7H7n6yWrcwpxyWRUbfFYQ/330v220-2/online/image/2012/0927/7752911879_des-travailleurs-d-arcelormittal-a-florange-le-9-avril-2009.jpg