1 min de lecture Cécile Duflot

L'Eglise de Paris a-t-elle réellement un patrimoine important pour les mal logés ?

"Choc" contre "choc". La ministre du Logement Cécile Duflot appelle à un "choc de solidarité" pour demander à l'Eglise de mettre à disposition ses bâtiments "quasi-vides" à Paris pour les SDF. Réponse de l'évêque d'Evry sur RTL : "C'est un choc des mots", qui pourrait apparaitre comme une réponse du gouvernement à l'opposition de l'Eglise au mariage pour tous. Mais une question se pose sur le fond : de quel patrimoine parle-t-on ?

micro générique
La rédaction de RTL et Olivier Geay

Quelles cibles ?

Quand on parle de l'église à Paris, il y a deux choses. Tout d'abord le plus visible : les églises, les paroisses. Il y en a 106 dans la capitale qui dépendent du diocèse. Et vingt-six de ces paroisses ouvrent déjà leurs portes à des sans-abri chaque hiver depuis cinq ans. C'est l'opération "hiver solidaire".

Cela permet à 100 à 120 personnes de passer quelques jours ou bien tout l'hiver à l'abri. Mais il n'y a pas de bâtiments inoccupés, selon Charles Gazeau, délégué épiscopal pour la solidarité du diocèse de Paris. "A ma connaissance aujourd'hui, il n'y a pas de locaux disponibles pour mettre du jour au lendemain à la disposition des personnes sans-abri. Par contre, le diocèse de Paris n'a pas attendu la lettre de madame Duflot pour agir en faveur de ces personnes à Paris".

Un abri, pour l'église, ce n'est pas seulement un endroit chaud et salubre. C'est un accueil complet : de la chaleur humaine, de la nourriture, un dialogue. Bref, une réponse plus riche et plus complexe qu'un simple gymnase ouverte par une mairie, quand le mercure descend en dessous de zéro.

Alors, il y a bien des bâtiments religieux inoccupés ou quasiment vides à Paris. Mais dans leur immense majorité, ils appartiennent à des congrégations. Il y a des immeubles et des appartements souvent situés dans les beaux quartiers, et qui rapportent parfois de belles sommes quand ils sont proposés à la location.

Mais il y a surtout des églises, des couvents, des écoles devenus trop grands et trop chers à entretenir. Un patrimoine souvent mis en vente petit à petit pour remplir les caisses.

Mais il est impossible de recenser le patrimoine de l'Eglise en France, parce que chaque congrégation est autonome (jésuites, franciscains, etc.). L'Eglise de France ou l'archevêché de Paris n'ont pas leur mot à dire : elles dépendent de Rome, le plus souvent. Et il faudrait que Cécile Duflot négocie avec chacune d'entre elles pour parvenir à ses fins.

Lire la suite
Cécile Duflot Logement Politique
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants