1 min de lecture Intervention française au Mali

L'Armée française évoque la mort "probable" d'Abou Zeid

Les autorités françaises avaient jusque-là refusé de confirmer où d'infirmer l'information. Le chef d'état-major des armées, l'amiral Edouard Guillaud, a déclaré lundi matin que la mort d'Abou Zeid, leader de Aqmi au Maghreb islamique, était "probable".

Abou zeid, le chef d'Aqmi, aurait été tué par des soldats tchadiens
Abou zeid, le chef d'Aqmi, aurait été tué par des soldats tchadiens Crédit : Capture d'écran
studio-rtl
La rédaction numérique de RTL

"Nous ne savons pas où se trouvent les otages"
Le chef d'état-major des armées, l'amiral Edouard Guillaud a déclaré lundi sur Europe 1 que la mort au Mali du chef jihadiste Abdelhamid Abou Zeid, annoncée côté tchadien, était "probable", soulignant toutefois que son corps n'avait pas été "récupéré".

Le chef islamiste algérien aurait été tué la semaine dernière dans le massif montagneux de l'Adrar des Ifoghas. Son décès n'a jusque-là pas été confirmé officiellement, notamment à Paris.

Le chef d'état-major s'est montré encore plus prudent quant au sort de l'Algérien Mokhtar Belmokhtar, l'un des principaux chefs d'Al Qaïda au Maghreb islamique, dont les autorités tchadiennes ont annoncé la mort samedi. Sa mort a été démentie dimanche sur un site islamiste.

Jean-Yves Le Drian a appelé dimanche à la "prudence" après les annonces par N'Djamena de la mort des deux chefs jihadistes. Dans une interview à la "Dépêche du Midi", rendue publique par son ministère, le ministre français de la Défense, interrogé sur ces proclamations tchadiennes, répond : "Une rumeur répétée à l'envi ne fait pas une information".

"Organisation industrielle du terrorisme"
Le chef d'état-major des armées a affirmé lundi matin qu'une "organisation industrielle du terrorisme" avait été découverte lors des combats qui opposent au nord-est du Mali les forces françaises et tchadiennes aux jihadistes.

Nous découvrons "une organisation industrielle du terrorisme", avec "plus d'une cinquandaine de caches, une dizaine d'ateliers", "vingt bombes artisanales" fabriquées "simultanément", a déclaré l'amiral Guillaud. Avant d'ajouter : "Nous sommes en train, je crois, de casser les reins d'Al Qaida au Maghreb islamique".

Après la mort d'un soldat français de 26 ans, samedi dans le nord du Mali, le chef d'état-major n'a pas exclu que d'autres morts puissent survenir côté français. "Bien sûr, ça n'est pas un jeu vidéo", a-t-il dit.
Abou Zeid tué au Mali par l'armée française ?

Lire la suite
Intervention française au Mali International Info
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7759065509
L'Armée française évoque la mort "probable" d'Abou Zeid
L'Armée française évoque la mort "probable" d'Abou Zeid
Les autorités françaises avaient jusque-là refusé de confirmer où d'infirmer l'information. Le chef d'état-major des armées, l'amiral Edouard Guillaud, a déclaré lundi matin que la mort d'Abou Zeid, leader de Aqmi au Maghreb islamique, était "probable".
https://www.rtl.fr/actu/l-armee-francaise-evoque-la-mort-probable-d-abou-zeid-7759065509
2013-03-04 08:38:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/0w5TFXXE_IqHlBgaBiJICw/330v220-2/online/image/2013/0301/7759001160_abou-zeid-le-chef-d-aqmi-aurait-ete-tue-par-des-soldats-tchadiens.jpg