1 min de lecture Faits divers

L'Amour est dans le pré : un candidat jugé pour cruauté envers les animaux

Un candidat de "l'Amour est dans le pré" est accusé d'avoir laissé agoniser un cheval pendant plusieurs jours. Il sera jugé le 6 septembre.

micro générique
La rédaction numérique de RTL

S’il n’a pas encore trouvé l’amour, il sera bien obligé de trouver le chemin du tribunal. Thomas Menant, éleveur de chevaux et candidat de la huitième saison de l’émission de télé-réalité L’Amour est dans le pré, diffusée sur M6 est accusé de “sévices graves et actes de cruauté envers un animal domestique apprivoisé ou captif” rapporte le Courrier picard.

Le 5 mars vers 9h, un homme alerte le refuge animalier de Oisemont, dans l’Oise. Il leur explique qu’il a vu un cheval dans un pré, couché sous une bâche. Les deux salariés racontent : “lorsqu’il a soulevé (la bâche), il s’est aperçu qu'il était toujours en vie, qu'il agonisait“. Les salariés du refuge se rendent sur les lieux et constatent que le cheval “était effectivement vivant. Il se débattait, on voyait qu'il souffrait“.

Il savait que son cheval agonisait

Alors qu’elles essaient d’appeler le propriétaire de l’animal, celui-ci leur répond qu’il est à Paris pour le tournage de l’émission et ne peut pas revenir. "Il a aussi expliqué qu'il savait que le cheval était là mais qu'il pensait qu'il était déjà mort” explique une salariée au Courrier picard.

Le refuge de Oisemont, épaulé par l’association 30 millions d’amis, a donc décidé de porter plainte.  Il est fort probable, vu la tournure médiatique que prend le personnage, que nous mandations un avocat parisien », indique le service juridique de 30 millions d'amis.

À lire aussi
Une mère et son enfant à la maternité (illustration) faits divers
Marne : une maman lance un appel à l'aide après le vol du dossier médical de son fils

L’animal aurait agonisé pendant plus de 24 heures, du lundi 4 mars à 8 heures jusqu'au lendemain, midi et demi. « Avec ma collègue, nous sommes restées sur place jusqu'au bout. On l'a vu mourir, ça nous a fait mal », explique une salariée du refuge.

La rédaction vous recommande

 

Lire la suite
Faits divers Info
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants