1 min de lecture Info

Pas-de-Calais : une fillette défigurée par un bull-terrier

Un nouveau drame impliquant un chien. Dans le Pas-de-Calais, une fillette de quatre ans a été défigurée samedi soir à Boulogne-sur-Mer par un bull-terrier qui l'a mordue au visage. L'enfant, dont le pronostic vital n'est pas engagé, a été hospitalisée et présente des lésions irréversible. Les faits se sont produits lors d'une fête entre amis au domicile du propriétaire de l'animal. "La Voix du Nord" révèle que lorsque la brigade canine est arrivée sur place pour capturer le bull-terrier, elle l'a immédiatement reconnu : le chien avait, en effet, dévoré le cadavre de son ancien maître il y a environ un an.

micro générique
La rédaction numérique de RTL
et La rédaction de RTL

Le bull-terrier, qui n'est pas catégorisé parmi les chiens dangereux, provenait d'un refuge et avait été adopté récemment, selon le site Internet de "La Voix du Nord".

Il y a environ un an, le chien, un mâle âgé de 7 ans, s'en était pris au cadavre de son maître, décédé de mort naturelle une quinzaine de jours auparavant, pour se nourrir, selon Jérémie Marion, directeur général de la société Opale capture environnement, qui assure le service animalier de la commune. Dans la mesure où il avait agi par "instinct de survie" et qu'il ne s'était pas attaqué à quelqu'un de vivant, aucune décision d'euthanasier l'animal n'avait été prise, a ajouté monsieur Marion. Le couple qui l'avait adopté récemment ignorait tout du passé de l'animal, a-t-il précisé.

Le chien a été pris en charge par le service animalier, qui est intervenu aux côtés de la police et des pompiers, et a été placé à la fourrière de Saint-Martin-Boulogne. Un arrêté municipal doit être pris afin qu'il soit soumis à une évaluation comportementale par un vétérinaire afin de déterminer sa dangerosité, a expliqué M. Marion. A l'issue de cette évaluation, la décision de l'euthanasier peut être prise par les autorités. Il devrait de toute manière en être ainsi, car le propriétaire du chien l'a décidé, selon le responsable du service animalier.

Selon les tout premiers éléments de l'enquête, la SPA du Boulonnais, qui a proposé le chien à l'adoption, a affirmé qu'un vétérinaire avait établi un certificat indiquant qu'il n'était pas dangereux, selon le procureur. Le magistrat, qui attend les conclusions de l'enquête avant de se prononcer, a estimé que le dossier risquait de relever du civil, à moins qu'une faute pénale puisse être démontrée.
Carte de situation de Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais)

(Avec AFP)
 

Lire la suite
Info Accident Vidéo M6
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants