1 min de lecture Violence

Une fillette dans le coma après des affrontements à Corbeil

Une fillette de neuf ans a été grièvement blessée à la tête dimanche soir, lors d'affrontements dans le quartier sensible des Tarterêts, à Corbeil-Essonnes, dans l'Essonne. Selon ses parents, elle se trouve dans le coma. Les circonstances du drame restent pour l'heure contradictoires. Selon la préfecture de l'Essonne, les fonctionnaires de police, présents pour sécuriser l'intervention des soldats du feu, ont été pris à partie par une trentaine d'assaillants qui ont lancé des pierres et des bouteilles dans leur direction. Le père de la victime accuse la police d'avoir blessé sa fille avec un flashball. Selon la police, tout semble dire que la fillette a reçu une pierre au visage. L'Inspection générale de la police nationale (la police des polices) a été saisie. Aucune interpellation n'a eu lieu. Le ministre de l'Intérieur Claude Guéant s'en prend aux "bandes" qui tendent des "guet-apens" à la police. Le socialiste Manuel Valls demande l'organisation d'"une réunion de crise".

studio-rtl
La rédaction numérique de RTL
avec Guillaume Chieze et Julien Dumond

Daranca Gimo, âgée de neuf ans, a été blessée à la tempe droite dimanche soir peu avant 20h00 par un projectile alors que de violents affrontements opposaient les forces de l'ordre et une trentaine de jeunes du quartier réputé sensible des Tarterêts, qui venaient de mettre le feu à deux voitures. Selon les déclarations des parents de la fillette à l'AFP, l'enfant se trouvait avec sa mère et trois autres enfants dans un parc situé à proximité de leur immeuble lorsque les échauffourées ont éclaté. La mère et les quatre enfants ont cherché à rejoindre au plus vite leur appartement.

"On courait pour traverser la route lorsque ma fille s'est écroulée à côté de moi", a confié la mère de Daranca. "Ca ne pouvait pas être autre chose qu'une balle de flashball", a estimé le père de la fillette, absent au moment des faits, mais pour qui le projectile "n'était pas une pierre", comme l'affirme pourtant une source policière. "Le médecin a parlé de quelque chose de rond", a ajouté le père de Daranca, qui envisage de porter plainte.

Les pompiers intervenaient sur l'incendie de deux véhicules quand ils ont été pris à partie par une trentaine d'assaillants. "C'était un guet-apens", a précisé une autre source policière. Les forces de l'ordre ont répliqué par plusieurs tirs de flashball et de grenades lacrymogènes. Dans la confusion, un habitant du quartier a amené aux policiers la fillette qui était déjà blessée. Elle présentait une plaie "saignante" au niveau de la tempe droite.
Carte de localisation de Corbeil-Essonnes
Qui dit vrai ?

Selon le directeur départemental de la sécurité publique (DPSP), Jean-Claude Borel-Garin que RTL a pu joindre vers minuit, il est fort peu probable qu'il s'agisse d'un tir de flashball à l'origine de la blessure. Les flashballs nouvelle génération sont selon lui,  équipés de balles en mousse et ne peuvent pas provoquer de blessure comme celle relevée sur la fillette. Les forces de l'ordre étaient positionnées à quarante mètres des assaillants. Une distance qui, selon des informations techniques fournies par la police, ne permet pas de causer une plaie ouverte par un tir de gomme cogne ou de grenade lacrymogène.

Il n'y a toutefois aucun témoin direct ni bande de vidéosurveillance, a regretté la police qui précise qu'une enquête a été ouverte par la Sûreté départementale de l'Essonne. "Cela va permettre de déterminer l'origine de la blessure et les résultats devraient être connus d'ici une semaine à quinze jours", a précisé le DDSP.

Guéant s'en prend aux "bandes"

A des journalistes qui lui demandaient si la fillette, qui se trouve dans le coma, était une victime de ces "bandes", Claude Guéant a répondu par l'affirmative lundi matin, en marge d'un déplacement dans le Pas-de-Calais sur la coopération franco-britannique en matière de sécurité. Cependant, il s'est dit "dans l'incapacité" de dire ce qui avait occasionné la blessure de la fillette, jet de pierre ou balle en caoutchouc tirée par la police, refusant de "dire quoi que ce soit" avant les conclusions de l'enquête confiée à l'IGPN (Inspection générale de la police nationale).

"C'est une cité qui a le droit de vivre dans la joie, dans la sérénité, dans la paix, ce n'est pas la police qui organise des confrontations", a-t-il fait valoir. "Ce sont des guet-apens qui sont organisés pour agresser des policiers et c'est à partir de là que les problèmes naissent. Il faut donc que nous prenions en compte ce phénomène de bandes et que nous les mettions hors d'état de nuire", a-t-il déclaré.

"Les parents n'étaient pas sur place, donc ils ne peuvent pas plus que d'autres dire ce qui s'est passé, mais quand la vérité sera connue, elle sera bien sûr communiquée", a ajouté Claude Guéant, formant le vœu que la fillette "se rétablisse".

Le député-maire socialiste d'Evry, Manuel Valls, demande dans un communiqué au ministre de l'Intérieur l'organisation d'"une réunion de crise" sur la situation des Tarterêts, "quartier victime d'un système mafieux qui n'accepte pas la présence de toute forme d'autorité républicaine".

Lire la suite
Violence Banlieue Faits divers
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7692777671
Une fillette dans le coma après des affrontements à Corbeil
Une fillette dans le coma après des affrontements à Corbeil
Une fillette de neuf ans a été grièvement blessée à la tête dimanche soir, lors d'affrontements dans le quartier sensible des Tarterêts, à Corbeil-Essonnes, dans l'Essonne. Selon ses parents, elle se trouve dans le coma. Les circonstances du drame restent pour l'heure contradictoires. Selon la préfecture de l'Essonne, les fonctionnaires de police, présents pour sécuriser l'intervention des soldats du feu, ont été pris à partie par une trentaine d'assaillants qui ont lancé des pierres et des bouteilles dans leur direction. Le père de la victime accuse la police d'avoir blessé sa fille avec un flashball. Selon la police, tout semble dire que la fillette a reçu une pierre au visage. L'Inspection générale de la police nationale (la police des polices) a été saisie. Aucune interpellation n'a eu lieu. Le ministre de l'Intérieur Claude Guéant s'en prend aux "bandes" qui tendent des "guet-apens" à la police. Le socialiste Manuel Valls demande l'organisation d'"une réunion de crise".
https://www.rtl.fr/actu/justice-faits-divers/une-fillette-blessee-lors-d-affrontements-a-corbeil-essonnes-tarterets-7692777671
2011-06-06 19:50:00