1 min de lecture Info

La tuerie de Rivesaltes est d'origine passionnelle

Le procureur de la République de Perpignan Jean-Pierre Dreno l'a confirmé vendredi matin. C'est bien une déception amoureuse qui est à l'origine du coup de folie meurtrier d'un septuagénaire, jeudi à Rivesaltes, dans les Pyrénées-Orientales. Joachim Toro n'a apparemment pas supporté sa rupture avec une femme de cinquante ans sa cadette. Le tireur, armé d'un fusil, a tué en pleine rue un passant, avant d'abattre deux employés municipaux présents sur les lieux. Joachim Toro, un ancien plombier, a ensuite retourné l'arme contre lui. Grièvement blessé, il est toujours hospitalisé dans un état grave dans un hôpital de Perpignan.

micro générique
La rédaction de RTL et Jean-Alphonse Richard

"Il avait une liaison avec une jeune femme qui monnayait un peu ses charmes. Accompagnée d'une amie, elle est venue lui signifier la rupture en début d'après-midi. Il a saisi son fusil et a tiré en direction des deux femmes  qui s'enfuyaient en voiture", a déclaré vendredi à l'AFP le procureur de Perpignan. L'ex-amie du vieil homme a été légèrement blessée par un tir.

Selon Jean-Pierre Dreno, le drame s'est déroulé jeudi vers 16 heures devant l'atelier où le tireur travaillait encore régulièrement sur le quai de l'Agly, la rivière qui longe cette bourgade de 8.000 habitants de la banlieue nord de Perpignan. Le magistrat a indiqué que l'homme avait d'abord abattu un autre retraité qui passait sur le quai avant de tirer sur les deux agents municipaux, âgés de 36 et 42 ans. Quand les gendarmes sont intervenus, il avait "le visage en partie arraché", selon le procureur. Il a été opéré jeudi soir et se trouvait vendredi  matin en réanimation à l'hôpital de Perpignan, toujours dans un état critique.

Selon le procureur, l'ex-amie du meurtrier se disait harcelée au téléphone par Joachim Toro. Si elle s'était fait accompagner d'une amie, c'était par crainte de sa réaction quand elle lui annoncerait la rupture.

Un témoin oculaire, David Cauret, a rapporté à l'AFP ce qu'il avait vu. "J'étais à quelques mètres, je marchais dans la rue. J'ai vu passer avec un fusil monsieur Toro, un de mes voisins, il a tiré sur un homme qu'il connaissait face  à lui. Je me suis éloigné dans une rue à côté, j'ai appelé les gendarmes. Il y a eu deux autres détonations : je suis revenu, je l'ai vu retourner l'arme contre lui et appuyer sur la détente", a-t-il raconté.

L'homme vivait seul dans une petite maison d'une rue étroite du centre de Rivesaltes, selon différents témoignages. Selon la patronne de la maison de la presse de Rivesaltes, Mme Nadine Gravelle, le retraité était un ancien chasseur et "un client très sympathique". Elle ne s'explique pas son geste. La voisine immédiate du tireur, Stéphanie Maussang, s'est dite stupéfaite. Elle décrit un homme discret chez qui elle n'a jamais décelé une instabilité psychologique. "On n'a jamais eu de problème avec lui. On se disait bonjour. Il allait et venait tous les jours entre sa maison et son ancien atelier de plomberie", confie cette agente d'animation à la mairie Son frère était mort en décembre à Sarcelles (Val-d'Oise) et cela l'avait fortement affecté, selon Claude Carle, une voisine qui avait eu une discussion il y a quelques semaines avec ce "vieux garçon".

Une autre voisine croisait souvent cet homme "sur son vélo en train de siffler". Il affichait sa bonne humeur et faisait plus jeune que son âge. "Rien  ne laissait prévoir un geste aussi laid", a dit cette dame qui habite dans la même petite ruelle étroite du coeur du vieux Rivesaltes.
Carte de localisation de Rivesaltes

Lire la suite
Info Faits divers Homicide
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants