1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Strasbourg : moquée par le Samu au téléphone, Naomi décède quelques heures après
2 min de lecture

Strasbourg : moquée par le Samu au téléphone, Naomi décède quelques heures après

Une jeune Strasbourgeoise de 22 ans, qui avait appelé le Samu pour des douleurs au ventre, a finalement été renvoyée vers SOS médecins. Elle est décédée quelques heures plus tard à l'hôpital.

Le Samu à Strasbourg (illustration)
Le Samu à Strasbourg (illustration)
Crédit : PIERRE ANDRIEU / AFP
Naomi, 22 ans, décède quelques heures après avoir été moquée par le SAMU
00:02:29
Claire Gaveau
Claire Gaveau

Une prise en charge tardive, et finalement dramatique. Le 29 décembre 2017, à Strasbourg, Naomi, 22 ans, est décédée quelques heures après avoir appelé le Samu. Alors qu'elle appelle pour de fortes douleurs au ventre, la jeune femme n'est pas prise au sérieux. Elle essuie beaucoup de dérision de la part de son interlocutrice.

Ricanement, moquerie, méchanceté... Les opératrices du Samu prennent à la légère ce coup de téléphone. Un enregistrement de sa conversation avec le Samu, publié par le site alsacien Hebdi, met en lumière le drame vécu par cette jeune strasbourgeoise. Il est alors 11 heures. "Allô ? Si vous ne dites pas ce qu’il se passe, je raccroche", peut-on entendre. "Madame, j'ai très mal", répond alors Naomi. 

Oui, vous allez mourir un jour, comme tout le monde

Samu

Invitée à appeler SOS médecin, Naomi, mère d'une petite fille, assure ne pas être en capacité de le faire. "Je vais mourir", assure-t-elle. "Oui, vous allez mourir un jour, comme tout le monde, Ok ? Vous appelez SOS médecins, je ne peux pas le faire à votre place", conclut son interlocutrice.

Naomi arrive finalement à joindre SOS médecins, qui, face à la gravité de la situation, décide de faire appel... au Samu. Un temps perdu dramatique. La jeune Strasbourgeoise décède quelques heures plus tard, à 17h30, d'un arrêt cardiaque.

Une enquête administrative ouverte

Le site Hebdi, qui a eu accès au rapport d'autopsie, relate un décès des suites d'une "défaillance multiviscérale sur choc hémorragique". Plusieurs organes de son corps ont alors cessé de fonctionner

On avait l’impression d’entendre Naomi mourir une seconde fois

Louange Musenga, sœur de Naomi

Louange Musenga, la sœur de la victime, raconte les longues semaines qui ont suivi le drame. "L’hôpital a fait traîner. On n'a eu l'enregistrement qu’au bout de trois semaines. J’avais peur de l'entendre. Depuis que ma mère l’avait écouté, elle ne dormait plus, elle tremblait, elle pleurait sans cesse. À chaque fois qu’on l’écoutait, on avait l’impression d’entendre Naomi mourir une seconde fois", raconte-t-elle au quotidien Le Monde

Les hôpitaux universitaires de Strasbourg ont ouvert une enquête administrative pour "faire toute la lumière sur les faits relatés". Cependant, à l'heure actuelle, aucune enquête judiciaire n'a été ouverte sur les circonstances de cette mort. Agnès Buzyn, la ministre de la Santé a réagit sur twitter en se déclarant "profondément indignée" par la mort de la jeune fille. La ministre a aussi apporté son soutien à la famille de Naomi et demandé une enquête de l'IGAS.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire