1 min de lecture RTL Info

Six ans ferme pour le père de famille ayant projeté la mort de son ex-compagne

Fabrice Devaux, père séparé et ex-membre "charismatique" de l'association SOS Papa, a été condamné mercredi à six ans de prison à Caen pour, entre autres, avoir projeté l'assassinat de la mère de leurs trois enfants dont il n'avait plus le droit de garde. "M. Devaux a sans doute beaucoup d'amour pour ses enfants mais à aucun moment, il n'y a pensé" en exécutant les faits qui lui sont reprochés, a dit François Lavallière, substitut du procureur de la République de Caen qui a requis une peine nettement plus lourde de dix ans de prison. "Les enfants ont certes besoin de leur père mais ils ont aussi besoin de leur mère", a ajouté le magistrat.

Olivier Geay
Olivier Geay Journaliste RTL

A écouter aussi : Caen : un père prêt à tout, même au pire, pour récupérer ses enfants

Décrit comme un narcissique parfois pervers par des experts, Fabrice Devaux a proposé à trois reprises 30.000 euros à des tiers pour faire "disparaître" Marie L. Il a aussi tenté de la faire passer pour une trafiquante de drogue et accusé à tort les grands-parents maternels de ses enfants de pédophilie. Le ministère public y voit une "détermination farouche de porter préjudice" à son ex-compagne. Le représentant du ministère public avait requis dix ans de prison. Avant que le tribunal ne se retire pour délibérer, l'homme a présenté ses "excuses" à Marie L. pour le "stress" qu'il lui a causé. Il a affirmé avoir voulu faire peur à son ex-concubine pour la convaincre "d'accepter la garde alternée".

Mais cet ancien petit entrepreneur, resté dans les Bouches du Rhône quand sa  compagne et ses enfants sont partis à Caen en 2003, nie avoir voulu sa mort malgré de multiples témoignages le contredisant et ses propres incohérences. Calme et volubile, Fabrice Devaux n'a exprimé d'émotion qu'à la fin de l'audience, versant quelques larmes au moment où son avocat a évoqué des déclarations de ses enfants et leur volonté de voir à la fois leur mère et leur  père.

M. Devaux, qui "dispose de moyens financiers considérables", est "capable de  donner une très bonne image de lui-même", avait peu avant noté M. Lavallière. Invité de l'émission "Ca se discute", présentée par Jean-Luc Delarue, il intervient "avec aplomb sur le plateau" en septembre 2007, entre deux coups de téléphone à la police pour tenter de faire condamner Marie L. pour trafic de drogue, a-t-il rappelé. Le ministère public a aussi insisté sur le rôle de l'association SOS Papa. "Je tiens à montrer combien M. Devaux s'est appuyé" sur cette structure "reconnue, reçue il y a quelques jours à l'Elysée" et à laquelle le prévenu "doit son charisme au niveau national", a déclaré M. Lavallière.

M. Devaux, incarcéré depuis avril 2008, "a cassé quatre vies", celle de Marie L. et de leurs enfants, a plaidé de son côté l'avocate de l'ex-compagne, Me Véronique Chauveau. Il a "sali la cause des pères" et "manipulé tout le monde", a-t-elle poursuivi. Mais pour la défense, "c'est la passion de Fabrice Devaux, (...) la douleur de perdre ses enfants (...) qui l'a aveuglé et l'a amené à commettre des actes répréhensibles", a plaidé Me Jacques Martial. Fabrice Devaux avait été condamné à un an ferme en avril 2008 à Aix-en-Provence, pour avoir enlevé à l'étranger ses enfants à deux reprises, en  2004 pendant plusieurs semaines, et 2005 pendant neuf mois. Huit autres personnes, prévenues dans l'affaire pour avoir aidé Fabrice Devaux à des degrés divers, ont été condamnés à des peines allant de 30 jours-amende à 10 euros à deux ans ferme.

Lire la suite
RTL Info Justice Faits divers
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants