1 min de lecture Poitiers

Scènes de vandalisme en plein centre de Poitiers (vidéo)

Dix-sept personnes, dont des militants "ultra-gauche", sont en garde à vue à Poitiers après des violences qui n'ont pas fait de blessés dans le centre-ville, alors que se déroulait un festival de spectacles de rue. Près de 250 militants se réclamant d'un collectif anti-carcéral, ont investi samedi le centre-ville de la préfecture de la Vienne. Masqués et cagoulés, ils ont brisé une vingtaine de vitrines, des abribus et des cabines téléphoniques. Ces violences sont des "actes inqualifiables", a déclaré dimanche le maire de la ville Alain Clayes (PS), lors d'une conférence de presse.

Christian Panvert Journaliste RTL

Le centre-ville de Poitiers filmé par un amateur pendant la manifestation :



Le ministre de l'Intérieur, Brice Hortefeux, était attendu sur place lundi.

Le festival "Les Expressifs", en cours au moment des faits, a été "pris en otage", a poursuivi le maire. Il a indiqué que ce qui s'est passé était "grave" et "mauvais" pour Poitiers, ajoutant que le montant des dégâts serait "élevé".
Jean-François Papineau a précisé que trois personnes à qui étaient reprochés des faits précis pendant la manifestation avaient été interpellées samedi dans la soirée au Collectif 23, qui avait appelé à une journée anticarcérale samedi sur son site Internet myspace.
Les militants sont âgés de 20 et 25 ans mais certains sont plus âgés, dont un homme de 50 ans, a précisé M. Papineau.
Les manifestants dont une partie ne venait pas de Poitiers ont agi avec la "rapidité de manoeuvre digne de commandos militaires", a déclaré M. Papineau.
Une soixantaine de personnes ont débuté la manifestation en fin d'après-midi sur une place de la ville, avant d'être rejointes par d'autres militants qui venaient des rues adjacentes, a-t-il précisé. Le cortège s'est ensuite fondu dans le festival.
Outre les bris de vitrine, plusieurs monuments ont été tagués, comme le Baptistère Saint-Jean, l'un des plus anciens monuments chrétiens de France.
Le rassemblement était prévu initialement pour protester contre un transfèrement de détenus, prévu dimanche, entre l'ancienne et la nouvelle prison de la ville, selon plusieurs blogs de la mouvance anarchiste.

Lire la suite
Poitiers Violence Vidéo
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants