1 min de lecture Info

Scandale News of the World : Rebekah Brooks arrêtée

Rebekah Brooks, ex-directrice de la branche britannique du groupe News Corp de Rupert Murdoch, a été arrêtée dimanche, 48 heures après sa démission dans le scandale des écoutes réalisées par un journal qu'elle a dirigé, a annoncé un porte-parole chargé de sa communication. La filiale britannique du groupe Murdoch, News International, dont elle était la directrice jusqu'à sa démission surprise vendredi, n'a également pas voulu commenter. Cette arrestation est la dixième intervenue dans le cadre de l'enquête rouverte en janvier dernier sur le scandale des écoutes téléphoniques pratiquées à grande échelle depuis les années 2000 par News of the World (NotW), fleuron tabloïde de News Corp., dont Mme Brooks a été rédactrice en chef. Le NotW a été fermé brusquement il y a une semaine par le magnat américain d'origine australienne, dans l'espoir de désamorcer la crise.

Rebecca Brooks, ex-directrice de la division britannique du groupe Murdoch, est au coeur du scandale des écoutes de News of the World
Rebecca Brooks, ex-directrice de la division britannique du groupe Murdoch, est au coeur du scandale des écoutes de News of the World Crédit : AFP/L.Neal
micro générique
La rédaction numérique de RTL

Directrice de News International, la filiale de News Corp. chapeautant les journaux britanniques du groupe, Rebekah Brooks avait démissionné vendredi de ses fonctions, emportée à son tour par le scandale des écoutes. Elle avait été rédactrice en chef du News of the World au moment où une partie des écoutes ont été réalisées et elle était présentée comme la grande prêtresse de ces méthodes illégales. Sa démission avait été réclamée par l'ensemble de la classe politique.

Mme Brooks a par ailleurs été convoquée pour être entendue mardi par la commission des médias du Parlement britannique, qui a demandé à l'interroger sur cette affaire, avec Rupert Murdoch et son fils James, numéro trois de News Corp. La police avait déjà procédé jeudi à l'arrestation d'un ancien responsable de News of the World, Neil Wallis, ex-adjoint du rédacteur en chef entre 2003 et 2007.

Rebecca Brooks était très proche du magnat de la presse Rupert Murdoch, propriétaire de News of the World et de plusieurs autres titres de la presse britannique mais aussi américine. Un Rupert Murdoch qui s'est excusé samedi dans la presse britannique mais qui pourrait également être inquiété.

Les révélations sur les méthodes de News of The World et d'autres journaux de News International, la branche britannique de News Corp, ont suscité une indignation générale en Grande-Bretagne. Le scandale du News of the World avait notamment pris une ampleur sans précédent depuis la révélation le 4 juillet que le téléphone portable d'une écolière disparue, puis retrouvée assassinée, avait été piraté par le tabloïd.

Démission du patron de Scotland Yard

Paul Stephenson, le chef de Scotland Yard,  mis en cause pour son attitude dans l'affaire des écoutes au sein du groupe Murdoch, a annoncé dimanche sa démission, lors d'une conférence de presse en direct à la télévision.
  
"J'ai pris cette décision en raison des spéculations et des accusations sur les liens entre la Metropolitan police et News International", la division britannique du groupe Murdoch, et "en particulier avec Neil Wallis", ex-rédacteur en chef adjoint du News of the World, le tabloïde à l'origine du scandale, a déclaré Paul Stephenson. 

Scotland Yard, qui a été accusé d'avoir traîné les pieds dans la conduite de l'enquête sur les écoutes, avait dû admettre cette semaine avoir recruté un temps Neil Wallis comme consultant en relations publiques, après son départ du tabloïde.

Cameron inquiété ?

Un scandale qui a contraint Rupert Murdoch à renoncer au moins provisoirement à son projet d'acquisition du bouquet de chaînes satellite BSkyB dans le cadre d'une transaction de près de 10 milliards d'euros. L'homme d'affaires a aussi fait brutalement disparaître voici une semaine l'hebdomadaire tabloïd News of The World, après 168 ans d'existence.

Un scandale qui pourrait aussi toucher le 10 Downing Street et son premier ministre, David Cameron, dont le directeur de la communication, Andy Coulson, a démissionné. Il était, avant ses fonctions auprès de Cameron, rédacteur en chef de News of the World.

Un Andy Coulson qui avait dû démissionner dès janvier, après une première vague de révélations sur les écoutes de personnalités menées à grande échelle par le tabloïde dans les années 2000.Ami de Rebekah Brooks et de son mari, le Premier ministre britannique David Cameron est donc lui-même en difficulté dans cette affaire.

L'enquête sur les écoutes par Newscorp a débuté en 2005 avec la publication dans le News of the World d'un article sur une blessure au genou du prince William. La famille royale avait alors soupçonné des écoutes téléphoniques et l'enquête de police avait abouti à la condamnation à des peines de prison, en janvier 2007, du correspondant du NoW chargé de l'actualité royale et d'un détective privé.

Mais de nouvelles révélations ont relancé l'affaire, qui touche également les Etats-Unis, où le groupe Murdoch, coté à Wall Street, est très implanté (il possède notamment la chaîne Fox, le Wall Street Journal et le tabloïd New York Post). Le FBI a annoncé jeudi dernier qu'il enquêtait sur de possibles piratages des messageries téléphoniques de victimes des attentats du 11-Septembre. 

(Avec AFP)

Lire la suite
Info Presse Médias
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants