2 min de lecture Justice

Racisme : Robert Ménard se défend malgré ses dérapages

Le maire de Béziers, qui comparaissait devant le tribunal correctionnel de Paris mercredi 8 mars pour provocation à la haine, a déclaré qu'il avait "toujours combattu le racisme", malgré de nombreux dérapages.

Robert Ménard, le 2 décembre 2015
Robert Ménard, le 2 décembre 2015 Crédit : PASCAL GUYOT / AFP
Christophe Guirard

C'est un tweet publié le 1er septembre 2016 sur le compte de Robert Ménard qui a valu à celui-ci une comparution devant le tribunal correctionnel de Paris pour "provocation à la haine". Dans ce message, le maire de Béziers (Hérault), pointait du doigt la composition ethnique des écoles de la ville : "#rentréedesclasses : la preuve la plus éclatante du #GrandRemplacement en cours. Il suffit de regarder d'anciennes photos de classe". 

Un tweet dont l'interprétation ne laissait que peu de place au doute et qui avait été suivi, quelques jours plus tard, sur la chaîne d'information LCI, par une déclaration tout aussi polémique : "Dans une classe de centre-ville de chez moi, 91% d'enfants musulmans. Evidemment que c'est un problème".

La proclamation, par l'ex-secrétaire général de Reporters sans frontières, du fait qu'il "avait toujours combattu le racisme" a donc provoqué de nombreuses réactions, amusées ou dépitées. Robert Ménard et son avocate, qui ont plaidé la relaxe, ont fait part de leur étonnement à la présidente de la chambre. "J'ai passé ma vie, Madame, à combattre le racisme. Je vis comme infamant le fait qu'on puisse m'accuser de cela", a-t-il déclaré, affirmant également "ne pas comprendre" en quoi ses propos "posaient problème".

À lire aussi
Les "gilets jaunes" manifestent samedi 20 avril 2019 pour leur acte 23. Gilets jaunes
Des "gilets jaunes" crient "suicidez-vous" à des policiers : la justice ouvre une enquête

Le maire de Béziers n'en était pourtant pas à son coup d'essai, ayant multiplié déclarations et mesures ayant fait polémique depuis son élection en 2014. Il avait ainsi évoqué l'existence, sur le plateau de France 2, de statistiques ethniques concernant le taux d'élèves musulmans dans les écoles de la ville. Dès le début de son mandat, il avait multiplié les décrets : couvre-feu pour les mineurs, interdiction du linge aux fenêtres et des antennes paraboliques, installation d'une crèche à la mairie... Il avait également envisagé de confier la rédaction d'un ouvrage sur la ville de Béziers à Renaud Camus, écrivain apparenté à l'extrême droite, condamné pour "provocation à la haine religieuse et à la violence" et inventeur de la théorie du "grand remplacement" citée par Robert Ménard dans son tweet controversé.

La semaine dernière encore, il décrivait le footballeur Raymond Kopa, décédé le 3 mars, comme "le symbole d'une immigration qui s'intégrait, qui choisissait la France et la francisation sans hésiter", sous-entendant lourdement que ce n'est plus le cas aujourd'hui.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Justice Robert Ménard Béziers
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7787605645
Racisme : Robert Ménard se défend malgré ses dérapages
Racisme : Robert Ménard se défend malgré ses dérapages
Le maire de Béziers, qui comparaissait devant le tribunal correctionnel de Paris mercredi 8 mars pour provocation à la haine, a déclaré qu'il avait "toujours combattu le racisme", malgré de nombreux dérapages.
https://www.rtl.fr/actu/justice-faits-divers/racisme-robert-menard-se-defend-malgre-ses-derapages-7787605645
2017-03-09 23:22:07
https://cdn-media.rtl.fr/cache/0uAoGPQUXXAeysIu3meVhw/330v220-2/online/image/2016/0905/7784737792_robert-menard-le-2-decembre-2015.jpg