2 min de lecture Les auditeurs ont la parole

Pensez-vous que certains politiques incitent à la violence ?

RTL MIDI : Pensez-vous que certains politiques incitent à la violence ?

Pascal Praud Les auditeurs ont la parole Pascal Praud iTunes RSS
>
Les auditeurs ont la parole du 04 mai 2018 Crédit Image : Alain JOCARD / AFP | Crédit Média : Stéphane Carpentier,Christelle Rebière | Durée : | Date : La page de l'émission
AFP et Stéphane Carpentier

A deux jours de la manifestation pour "faire la fête à Macron",le ton monte entre l'exécutif et les Insoumis, qui s'accusent mutuellement de "remettre en cause la démocratie", dans un contexte tendu, après les violences du 1er mai. 

Emmanuel Macron, en déplacement dans le Pacifique, et Jean-Luc Mélenchon se sont rendus coup pour coup, installant un duel qui occulte le reste du spectre politique, du PS au FN en passant par LR. 

Le chef de l'Etat a ainsi accusé certains élus de "tenir un discours d'agitation". "Ils n'ont jamais accepté la défaite", "ils aiment la démocratie quand ils gagnent", a également accusé Emmanuel Macron, visant "ceux qui proposent des manifestations, ou des fêtes", sans citer nommément les Insoumis. 

Jean-Luc Mélenchon s'est empressé de répliquer au président de la République qu'il était "assez indigne de sa part d'assimiler LFI à des violences dont elle a eu à souffrir elle-même" lors de manifestations à l'automne dernier.

Après les violences commises mardi par les black-blocs et membres de l'ultra-gauche, le gouvernement a fait part de son inquiétude pour samedi. 

"Dans le langage populaire, faire la fête à quelqu'un ça peut avoir une double signification, il y a un côté sympathique et festif et puis il y a un côté plus violent on va lui faire sa fête" et "donc, on craint aussi que des violences puissent avoir lieu", a mis en garde son porte-parole, Benjamin Griveaux.

Initiateur, avec l'économiste Frédéric Lordon, de cette "manifestation pot-au-feu", où chacun viendrait "avec ses propres revendications, banderoles mais aussi espoirs", François Ruffin, député LFI, a lui aussi vivement réagi aux propos du président et de son gouvernement.  
 
"Je ne remets pas en cause l'élection de M. Macron. C'est lui qui n'accepte pas la démocratie", a affirmé le député Insoumis.  

Au-delà de la polémique et des inquiétudes, tous se montrent déterminés à faire en sorte que la manifestation se déroule dans le calme, "un moment de fraternité tranquille", écrivait Jean-Luc  Mélenchon mercredi sur son blog.    

"Il est normal qu'on renforce les dispositifs de sécurité pour permettre à nouveau aux manifestants de manifester", assure Benjamin Griveaux.  

À lire aussi
La centrale nucléaire de Belleville-sur-Loire (illustration) sondage
Centrales nucléaires : des députés proposent 33 mesures pour plus de sécurité


Pensez-vous que certains politiques incitent à la violence ? RTL vous invite à répondre à la question du jour. 

Pensez-vous que certains représentants politiques incitent à la violence ?
Nombre de votes : 257830 *Sondage à valeur non scientifique
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Les auditeurs ont la parole Politique Manifestations
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants